•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Saskatchewan : les rois de l'insolite (deuxième partie)

Plusieurs dessins de drapeau du Canada sont entassés sur une table.
Plus d'une centaine d'idées de drapeau canadien sont entassées aux archives de l'Université de la Saskatchewan Photo: Radio-Canada / Marc-Antoine Bélanger
Radio-Canada

Il s'est passé bien des choses insolites en Saskatchewan en 2017. Voilà le deuxième volet de notre tour d'horizon.

Un texte de Carl Sincennes

Le tweet de Trump « COVFEFE » visible sur les routes de la Saskatchewan

Un Réginois a trouvé une façon originale d'immortaliser un tweet de Donald Trump qui a fait le tour du web en inscrivant les lettres « COVFEFE » sur sa plaque d'immatriculation.

Le président américain avait surpris tout le monde sur les réseaux sociaux en publiant cette expression au sens inconnu, visiblement par erreur.

Darin Lanigan tient une lettre de la Société d’assurance du gouvernement de la Saskatchewan (SGI).Darin Lanigan tient une lettre de la Société d’assurance du gouvernement de la Saskatchewan (SGI) dans laquelle on lui explique que sa demande a été refusée. La décision a par la suite été annulée. Photo : CBC / Kirk Fraser

Le Saskatchewanais Darin Lanigan avait entendu parler d’un Californien qui avait réussi à avoir une plaque immatriculée « COVFEFE » et il a donc voulu faire de même pour son véhicule. La Société d’assurance du gouvernement de la Saskatchewan (SGI) a d’abord refusé sa demande en alléguant qu’il s’agissait d’un slogan politique dont l’utilisation n’est pas permise, mais s'est ravisée par la suite.

Des idées de drapeau canadien rejetées à l’Université de la Saskatchewan

Des milliers de propositions de drapeau ont été acheminées au Parlement du Canada en 1964, avant que le modèle actuel ne soit retenu, l'année suivante.

Parmi celles-ci, des centaines restent entassées aux archives de l'Université de la Saskatchewan.

La culture pop s'était invitée dans le débat à l'époque, avec une proposition de drapeau sur lequel figurent les quatre membres des Beatles. Son concepteur souhaitait ainsi se moquer des discussions entourant le projet de nouveau drapeau.

Un dessin d'un drapeau canadien avec les quatre Beatles et une croix rouge qui les sépare et une fleur de lys au centre.Une proposition qui tournait en dérision les discussions sur le drapeau canadien. Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Bélanger

Une autre proposition suggérait de disposer les emblèmes floraux des provinces sur le même drapeau.

On voulait montrer les fleurs qui représentent chaque province et en faire un drapeau.

Stevie Horn, aide-bibliothécaire aux archives de l'Université

Une robe de Marilyn Monroe exposée en Saskatchewan

La robe que Marilyn Monroe portait lors du 45e anniversaire du président des États-Unis, John F. Kennedy, a passé une journée dans la petite communauté de Luseland, en Saskatchewan, cette année.

L'actrice l'avait revêtue pour entonner Happy Birthday, Mr. President au Madison Square Garden, à New York, le 19 mai 1962.

Marilyn Monroe en compagnie de l'ex-président des États-Unis, John F. Kennedy, en 1962.La valeur de la robe que portait Marilyn Monroe à l'anniversaire de John F. Kennedy en 1962 est estimée à 4,8 millions de dollars. Photo : Associated Press / Cecil Stoughton/John F. Kennedy Presidential Library

Le tout a été rendu possible grâce au multimillionnaire Jim Pattison, qui est originaire de Luseland et aussi propriétaire de la compagnie de médias et d'attractions qui a fait l’acquisition de la robe.

La robe a été exposée gratuitement à l’hôtel de ville de Luseland, le 10 juillet.

Une boîte vocale immortalise la plaisanterie d’une policière de Saskatoon

Un résident de Saskatoon avait manqué l’appel de la police le 5 avril, plusieurs mois après avoir déposé une plainte concernant une entrée par effraction.

Quelle ne fut pas sa surprise d'entendre sur son répondeur des propos déplacés le concernant.

Bronek Hart Bronek Hart a publié le message vocal de la policière dans les médias sociaux. Photo : Facebook

« Bronek. Qui appelle son *** fils Bronek? », avait dit la policière en bruit de fond, lors de ce qui semble être une conversation avec l’un de ses collègues.

C’est comme s’ils avaient pris le nom de Broken et que c’était devenu Bronek Heart.

Extrait du message de la policière

En anglais, broken heart signifie « cœur brisé ».

« J’étais choqué », avait affirmé M. Hart. « C’est la police. On ne s’attend pas à ce que la police parle de cette façon. »

Saskatchewan