•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Augmentation moyenne de 4,1 % en frais et taxes à Saguenay

Les conseillers municipaux assis à leur place à la table du conseil.

Le conseil municipal de Saguenay a adopté le budget mercredi.

Photo : Radio-Canada / Catherine Paradis

Radio-Canada

Les citoyens de Saguenay devront se serrer la ceinture plus que prévu pour permettre à la Ville d'arriver à un budget équilibré et prudent pour 2018, malgré une population en décroissance.

Un texte de Catherine Paradis

Alors qu’elle avait promis une hausse de taxes qui suivrait le taux d’inflation, la nouvelle mairesse, Josée Néron, a réussi à convaincre les conseillers municipaux d’entériner une hausse de 2,9 % des impôts fonciers.

On a choisi de taxer la richesse pour protéger les moins nantis.

Josée Néron, mairesse de Saguenay

Dans le budget, qui vient d’être adopté en séance extraordinaire, l’augmentation de la charge fiscale représente 102 $ de plus par année pour une maison évaluée à 206 000 $.

Cela inclut une facture de 30 $ supplémentaires pour les services d’eau, d’égouts et des matières résiduelles à tous les foyers pour une hausse annuelle de 4,1 %, pour une maison moyenne.

Le budget 2018 est moins exigeant pour les commerces et les entreprises qui devront encaisser une augmentation de base de 1,9 % des taxes foncières.

Le président de la Commission des finances, Michel Potvin, explique qu’avec 500 contribuables de moins à Saguenay, la contribution supplémentaire des résidents permettra à la Ville d’aller chercher un million de dollars en revenus supplémentaires, en 2018.

Réserves financières

Pour Josée Néron, ce qui fait sa marque de commerce dans le budget est sans équivoque de nouveaux fonds de réserve.

Un montant de 3,4 millions est mis de côté pour réfléchir à des investissements précis et pallier les imprévus.

Cet argent provient notamment d’une subvention qui a été rapatriée de Promotion Saguenay et des budgets discrétionnaires reliés aux quatre postes de conseillers municipaux qui ont été éliminés aux dernières élections.

Le budget prévoit aussi la création de deux autres fonds de réserve pour Hydro-Jonquière et pour les infrastructures.

Page couverture du budget

Le budget 2018 a été adopté mercredi par le conseil municipal de Saguenay.

Photo : Radio-Canada / Catherine Paradis

Dons et commandites

Pour le moment, l’administration Néron met la pédale douce sur les contributions aux organismes, que le comité de transition avait qualifiées de « fourre-tout de 38 millions ».

Le montant accordé à ce service baisse de 0,2 % pour rester à près de 37 millions de dollars.

Par contre, tel que recommandé, la Ville se dotera d’une politique de dons et commandites pour mieux encadrer l’octroi de subventions dans les années à venir.

Une politique de gestion de la dette sera aussi mise en place, mais pour le moment elle continuera d’augmenter l’an prochain pour friser les 468,7 millions de dollars, en hausse de 9 % par rapport à l’année en cours.

Infrastructures

Le budget s’adresse aussi aux automobilistes à la hauteur de 15 millions de dollars, qui seront investis pour faire la réfection de 40 kilomètres de routes.

Une enveloppe de 4 millions est réservée au réseau d’aqueduc et 3,7 millions iront comme prévu à l’achat de compteurs d’eau.

La contribution à la rénovation du Théâtre Palace Arvida, qui s'élève à un million et demi de dollars, est aussi maintenue dans le budget.

Au total, 56 millions de dollars sont investis pour différents projets l’an prochain, selon le Programme triennal d’immobilisation.

Josée Néron et Michel Potvin dans la salle du conseil, tenant le budget 2018 dans leurs mains.

La mairesse Josée Néron et le conseiller de l'ERD, Michel Potvin, justifient la hausse de taxe dans le budget.

Photo : Radio-Canada / Catherine Paradis

Réaction du chef du PCS

Le chef du Parti des citoyens de Saguenay PCS) n’a pas caché sa déception face au premier exercice budgétaire de la mairesse Josée Néron.

Dominic Gagnon parle d’une promesse brisée, puisque Josée Néron s’était engagée durant la campagne électorale à maintenir la hausse de taxes sous le taux d’inflation

« Ca me fait penser à Pauline Marois qui à l’époque avait dit que la taxe santé, on allait abolir ça. Mais rendu au pouvoir, je fais un petit peu qu’est-ce que je veux, comme j’veux », a commenté le chef du PCS.

Saguenay–Lac-St-Jean

Politique municipale