•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un jeune passionné d’orgue

Étienne Savard assis à un orgue.

Étienne Savard se fait remarquer par son intérêt pour l'orgue.

Photo : Radio-Canada / Mélanie Patry

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Alors que d'autres garçons de son âge s'intéressent majoritairement au hockey et aux jeux vidéo, Étienne Savard s'est découvert une passion pour l'orgue. Ce musicien de 9 ans de Roberval s'est vite fait remarquer par son talent dans un monde où il y a pénurie d'organistes.

Un texte de Mélanie Patry

Étienne Savard joue du piano depuis 3 ans. Il a eu la piqûre pour l'orgue lorsque sa mère lui a fait écouter des œuvres de Jean-Sébastien Bach.

À la fin de l'été dernier, il a finalement avoué à ses parents qu'il désirerait poursuivre ses études en orgue.

Constatant son potentiel et sa grande volonté, le Conservatoire de musique du Saguenay-Lac-Saint-Jean l'a immédiatement admis.

« Il est vraiment accroché à l'instrument. Au début on lui disait : "t'aime pas mieux prendre des cours de piano, continuer ton piano? Non, il disait : "j'aime l'orgue, les tuyaux, les sonorités." Il comprend tout ça, le principe des différents jeux, des claviers. Il est vraiment doué, il est talentueux », admet la professeure d’orgue, Céline Fortin.

À contre-courant

Cet intérêt le démarque des autres musiciens de son âge.

Si cet instrument à vent fut très populaire à une certaine époque, rares sont les jeunes qui s'intéressent à l'orgue aujourd'hui.

Après plusieurs années sans élève pratiquant cet instrument, le conservatoire de la région en compte deux présentement.

Le père d’Étienne, Sébastien Savard, admet que le choix de cette discipline étonne bien des gens.

« Les réactions que j'entends sont souvent très positives. Mais je ne pensais pas que ça allait tant le distinguer », admet son père, Sébastien Savard.

Etienne Savard poursuit sa formation à Saguenay, mais il s'exerce régulièrement sur l'orgue de l'église Notre-Dame à Roberval.

Quand on a déjà joué du piano c'est vraiment facile d'en jouer, il faut juste apprendre comment ça marche les pédales et les boutons.

Une citation de : Étienne Savard, organiste

Étienne Savard espère un jour suivre les traces de son compositeur préféré, en Allemagne, pour aller jouer sur des orgues anciens ses airs favoris de Jean-Sébastien Bach.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !