•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un nouveau système pour dénoncer la collusion à Lévis

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Lavoie

Radio-Canada

Les personnes témoins de collusion ou de pratiques illégales à la Ville de Lévis pourront porter plainte de façon plus « confidentielle et sécuritaire » à compter du mois de février.

Un texte de Marc-Antoine Lavoie

N’ayant actuellement pas de protocole permettant d’assurer la confidentialité des plaignants, le maire Gilles Lehouillier souhaite mettre sur pied un système de dénonciation qui sera administré par le Vérificateur général de la Ville.

« Actuellement, on n’a pas de système neutre et indépendant. Il faut aller chercher une personne neutre et indépendante », affirme M. Lehouillier.

Ce système permettra de gérer les plaintes qui touchent l’ensemble des élus, des employés et tous les organismes financés par la Ville.

« Il faut assurer la protection des personnes et la confidentialité de la dénonciation. Si c’est un employé qui dénonce son gestionnaire, il faut des mécanismes qui le protègent », explique le maire.

Les citoyens n'auront qu'à composer un numéro de téléphone pour effectuer une plainte. La démarche de Lévis se rapproche de la ligne de signalement mis en place en 2012 par la Ville de Québec.

Améliorer les pratiques de gestion

Le budget dédié au Vérificateur général est passé de 345 000 $ à 500 000 $ en 2017.

Afin d’améliorer les pratiques de gestion de l’appareil municipal, ce montant a été reconduit dans le plus récent budget de la Ville.

S’il y a des cas où le Vérificateur général doit enquêter, on va l’aider financièrement.

Gilles Lehouillier, maire de Lévis

Le système de dénonciation sera officiellement lancé en février.

Québec

Politique municipale