•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un projet de métro-train pour relier Québec et Lévis


Le pont de Québec et le pont Pierre-Laporte

Le pont de Québec et le pont Pierre-Laporte

Photo : Radio-Canada / Geneviève Poulin

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un projet de métro-train électrique autonome évalué à 200 millions de dollars a été déposé au Bureau de projet du 3e lien entre Québec et Lévis. L'idée vient d'un consortium québécois d'entreprises, d'universités et de centres de recherche.

Un texte de Carl Marchand

La technologie développée par Bombardier est actuellement testée en Allemagne. Il s'agit d'un train muni de batteries qui ne nécessite pas l'installation de lignes d'approvisionnement en énergie au-dessus de la voie ou sous les rails.

« Aujourd’hui, en 2017, la technologie des batteries fait des progrès considérables et rend maintenant possible ce qui était inimaginable il y a quelques années, c’est-à-dire équiper un train de façon autonome. Il amène sa propre énergie dans ses wagons », explique Jean-Louis Chaumel, coordonnateur du projet Métro train électrique autonome (MTEA).

Le train devrait se recharger complètement à des stations situées dans le quartier Saint-Rédempteur, à Lévis, et à la gare du Palais, à Québec, avant d'effectuer une liaison.

Il emprunterait la voie ferroviaire du Canadien National (CN) qui passe sur le pont de Québec.

Jean-Louis Chaumel soutient que des technologies existent pour une gestion efficace du trafic ferroviaire et n'envisage pas de conflits avec les trains de marchandises.

Jean-Louis Chaumel, coordonnateur du projet Métro train électrique autonome lors d'une entrevue dans les bureaux de Radio-Canada à RimouskiAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Jean-Louis Chaumel, coordonnateur du projet Métro train électrique autonome

Photo : Radio-Canada

« Il va y avoir des réunions avec le CN pour déterminer comment on va partager la voie », assure le professeur à la retraite de l'Université du Québec à Rimouski (UQAR).

Une des solutions, un des exemples possibles, c’est que les trains de marchandises ne transitent pas dans cette voie dans les moments critiques des heures d’affluence, c’est-à-dire le matin et le soir, évidemment.

Jean-Louis Chaumel

Jean-Louis Chaumel avance qu'une première phase d'une trentaine de wagons pourrait être mise en place d'ici deux ans. Le projet s'inscrit dans un réseau de transport qui comprend également le tramway et l'autobus.

Avec les informations de Bruno Savard

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !