•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des géants étrangers du bitcoin sillonnent le Québec à la recherche d'électricité

Photo : Radio-Canada / Bahador Zabihiyan

Radio-Canada

Des représentants d'entreprises étrangères parcourent le Québec à la recherche des meilleurs sites pour installer des « mines » de bitcoins, en raison du faible coût de l'électricité et de la situation politique en Chine, a appris Radio-Canada.

Un texte de Bahador Zabihiyan

La hausse fulgurante du cours du bitcoin a ainsi des effets au Québec. Des géants de cette industrie émergente demandent à des représentants de trouver où ils pourraient installer les puissants ordinateurs qui servent à faire fonctionner le réseau derrière cette cryptomonnaie.

Ces entreprises sont attirées notamment par le faible coût de l’électricité et le climat froid.

Des professionnels québécois, comme Laurent Féral-Pierssens, directeur exécutif chez KPMG Canada, accompagnent dans leurs démarches plusieurs compagnies du domaine de la cryptomonnaie, provenant notamment d'Asie, d'Europe et des États-Unis.

Le Québec est sur la liste des sites sur lesquels veulent s’installer chacun des mineurs actuellement.

Laurent Féral-Pierssens, directeur exécutif chez KPMG Canada

Qu’est-ce qu’une mine de bitcoin?

Le bitcoin est une cryptomonnaie qui permet à ses utilisateurs de faire des transactions ou de spéculer sans passer par une banque. Des ordinateurs sécurisent toutes ces transactions.

Les mineurs – c'est ainsi qu'on surnomme les propriétaires qui mettent leurs machines à la disposition du réseau – reçoivent une petite fraction de bitcoin en guise de commission sur chacune des transactions. Les mineurs étaient à l’origine des particuliers, mais l'activité est devenue une affaire de professionnels.

Les joueurs de cette industrie émergente recherchent des sites ayant une capacité électrique importante, et ces endroits se font rares à cause de la compétition.

« Les gens font de la prospection, ils essayent de voir les endroits spécifiques, surtout les espaces qui sont disponibles, la disponibilité des liens pour les connexions hydroélectriques », dit Louis Roy, associé chez Raymond Chabot Grant Thornton, qui aide des entreprises du domaine de la cryptomonnaie et de la chaîne de blocs à s'implanter au Québec.

Incertitude en Chine

Les plus gros mineurs de bitcoins se trouvent en Chine. Mais ils vivent une période d’incertitude.

Il y a quelques mois, le gouvernement chinois a fait fermer les sites Internet permettant d’échanger des cryptomonnaies et de spéculer sur leur cours, explique Samson Mow, de la compagnie Blockstream.

« Il y a des rumeurs dans certains journaux qui indiquent que les autorités pourraient interdire les mines de bitcoins en Chine aussi », dit M. Mow, dont la compagnie se spécialise dans le domaine des cryptomonnaies.

C’est pour ça que beaucoup de mineurs sont en train de regarder pour déménager à l’extérieur de la Chine. Et certainement, le Québec c’est une de ces régions qui leur apparaissent comme étant favorables.

Samson Mow, de la compagnie Blockstream

Montréal International réalise des études

Montréal International réalise des études au sujet de l'intérêt des investisseurs étrangers, notamment chinois, dans le domaine des cryptomonnaies.

Internet

Économie