•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Labeaume admet avoir relancé le projet de tramway

Esquisse du défunt projet de tramway entre Québec et Lévis

Esquisse du défunt projet de tramway entre Québec et Lévis

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Régis Labeaume reconnaît être celui qui a ramené le projet de tramway à l'avant-scène. Il assure toutefois que l'idée ne lui est venue qu'après la dernière élection municipale.

Un texte de Louis Gagné

« Ça n'a pas fait partie de nos hypothèses pendant la campagne […] Le déclencheur, c'est la réaction du gouvernement. C'est vraiment ça le déclencheur, puis ça n'a pas eu lieu pendant la campagne ni avant », a martelé le maire de Québec, lundi.

Régis Labeaume a expliqué que c’est au cours d’un entretien avec le premier ministre Philippe Couillard survenu après les élections que l’idée de relancer le tramway a surgi dans son esprit.

« Dans nos discussions [il m’a dit qu’il] voulait quelque chose de technologiquement moderne [...] alors j'ai mis de l'avant le tramway et ç'a cliqué », a-t-il raconté.

Le maire a soutenu que le tramway avait toujours été l’option privilégiée par son administration, mais que celle-ci avait dû être abandonnée en raison des coûts et de l’absence d’appui au gouvernement du Québec.

Le gouvernement nous avait dit que c'était trop cher. Alors, on a relancé l'idée, puis là, on nous a dit qu'il y avait de l'intérêt. Ça fait que nous autres, on était bien contents. On revient au plan A.

Régis Labeaume, maire de Québec

Agenda caché?

Les adversaires de Régis Labeaume lui ont reproché d’avoir caché aux électeurs son intention de relancer le projet de tramway durant la dernière campagne. Le chef de l’opposition à l’hôtel de ville, Jean-François Gosselin, ne croit pas les explications fournies par le maire.

« Non, non, non. Je ne le crois pas, c’est clair. Puis là, je me mets à la place de Démocratie Québec [...] qui [a] fait campagne là-dessus, qui [a] eu le courage de présenter [son] projet », a réagi le chef de Québec 21.

Le conseiller de Démocratie Québec Jean Rousseau a abondé dans le même sens. Il se réjouit néanmoins de voir que le maire songe de nouveau au tramway. M. Rousseau a rappelé que son parti est le seul à avoir fait campagne en promettant d’implanter un tel mode de transport.

L’élu du district de Montcalm-Saint-Sacrement offre même son aide à l’administration Labeaume afin d’accélérer la réalisation du projet.

« Nous sommes prêts à collaborer et à travailler sur cette question parce que nous jugeons que Québec doit arriver au 21e siècle », a-t-il dit.

Intégrer la Rive-Sud

Le ministre responsable de la Capitale-Nationale, Sébastien Proulx, envoie un message clair au maire de Québec.

Selon lui, il est impensable de construire un réseau de transport en commun structurant sur la Rive-Nord sans prévoir une interconnexion avec la Rive-Sud. Pour le ministre Proulx, la mobilité est un enjeu régional et le maire Labeaume devra en tenir compte lorsqu'il présentera son projet au gouvernement provincial.

« On ne va penser la mobilité d'un seul côté seulement, on va y penser pour la région dans son entier », soutient M. Proulx.

Le maire de Lévis se dit prêt à travailler avec Québec pour le développement du réseau de transports en commun structurant.

Sans vouloir déployer un tramway à Lévis, le maire Gilles Lehouillier est prêt à discuter pour amener le réseau de son côté du fleuve.

« Si on faisait un service à la Longueuil, pas de "troubles". On est prêts à embarquer là-dedans. Ne serait-ce que d'avoir des stationnements incitatifs, les gens n'auraient plus à prendre le pont [en voiture]. Il y a plusieurs scénarios possibles », a-t-il indiqué, après la présentation du budget 2018 de sa ville.

Avec les informations d’Olivier Lemieux, Louise Boisvert et Marc-Antoine Lavoie

Québec

Politique municipale