•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De plus de plus de médecins québécois souffrent de surmenage

Haut de corps d'un médecin portant un stéthoscope autour du cou.

Le Programme d'aide aux médecins reçoit de plus en plus de demandes.

Photo : Radio-Canada / David Donnelly

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les médecins québécois ont fait 1581 demandes au Programme d'aide aux médecins en 2016-2017, selon un rapport publié récemment. Il s'agit d'une augmentation de 40 % par rapport à l'année précédente.

Le rapport fait état aussi de six suicides répertoriés parmi les médecins québécois.

Le président de l'Association des médecins omnipraticiens de la Côte-Nord, le docteur Pierre Gosselin, relève certains facteurs qui peuvent pousser ses membres à demander de l'aide.

« Avec tous les changements que nous avons vécus au niveau des organisations de la santé avec les fusions, le grand CISSS de la Côte-Nord, on ne se reconnaît plus vraiment », a lancé Pierre Gosselin en entrevue à l’émission Bonjour la Côte.

« La pression aussi qui a été mise sur les médecins, souligne Pierre Gosselin, par exemple les médecins de famille pour avoir la prise en charge de patients, les taux d’assiduité, donc toutes les cibles à atteindre toujours sous la menace de la loi 20. »

Ce n’est pas toujours évident pour les médecins de se montrer vulnérable, reconnaît le docteur Gosselin.  « Le médecin n’a jamais été confronté à l’échec, autant à l’école où il devait performer pour avoir les meilleures notes pour entrer en médecine durant son cours de médecine, illustre Pierre Gosselin.

« Donc le fait qu’on lui impose une cadence plus accélérée, le risque augmente à ce moment-là de faire des erreurs, poursuit le docteur Gosselin. Et cette peur de commettre une erreur, je pense que c’est ça qui amène une détresse. »

Attitude du ministre de la Santé

L’attitude du ministre Barrette n’a pas aidé selon président de l'Association des médecins omnipraticiens de la Côte-Nord.

C’est dommage que le ministre, au lieu d’avoir eu un discours plus empathique et d’essayer de vouloir mettre des solutions en place pour diminuer la détresse des médecins, il est plutôt allé avec essayer de minimiser l’épuisement des médecins.

Une citation de : Pierre Gosselin, président de l'Association des médecins omnipraticiens de la Côte-Nord

D’ailleurs, Pierre Gosselin rappelle que plusieurs associations professionnelles ont uni leur voix dernièrement pour interpeller le ministre de la Santé. « Les cinq grandes organisations professionnelles ont même demandé la semaine dernière au ministre de changer de ton et de changer son approche envers les médecins en général. J’espère qu’il va nous écouter quand on dit que ça ne va pas bien. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !