•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’administration Plante annule la tenue de la formule E dans la métropole

Le Suisse Sebastien Buemi, qui porte les couleurs de l'écurie Renault E.dams, a fait son premier tour de piste sur le circuit montréalais, vendredi.

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

Radio-Canada

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, a confirmé lundi que la Ville mettait définitivement fin à la tenue du Championnat de formule E qualifié de « fiasco financier ». Les dettes de Montréal c'est électrique (MCE), le manque de subventions et de commandites ainsi que les coûts plus élevés pour tenir une course en 2018 ont motivé cette décision.

Un texte de Julie Marceau

L'administration Plante estime qu'une nouvelle course en 2018 à Montréal aurait coûté de 30 à 35 millions de dollars de plus à la Ville, en investissements et en subventions.

Valérie Plante affirme avoir pris cette décision dans le meilleur intérêt des Montréalais. « La formule E ne sera pas de retour à Montréal dans ces conditions », a-t-elle soutenu.

Il est devenu clair dès le mois de mai dernier que l’organisation se dirigeait tout droit vers un fiasco financier.

Valérie Plante, mairesse de Montréal

En plus d'avoir investi 24 million de dollars dans la course de formule E, Montréal se retrouve avec une marge de crédit de 10 millions de dollars utilisée presque en totalité sous l’administration de l'ex-maire Denis Coderre. De plus, les factures impayées de Montréal c'est électrique, principalement des droits de course dus à Formule E, s'élèvent à 6,2 millions de dollars.

Le scénario favorisé par l'administration Plante était de suspendre l'édition 2018, le temps d'obtenir des subventions et des commandites ainsi que de trouver un nouvel emplacement à l'événement. Les dirigeants de Formule E ont toutefois refusé.

« Nous sommes très surpris et déçus par la décision unilatérale et l’annonce de la mairesse de Montréal. Il s’agit clairement d’un exemple d’un nouveau maire qui annule ce que son prédécesseur a fait. Bien qu’il y ait un contrat en vigueur, nous ne ferons pas d’autres commentaires à ce stade puisque l’affaire est maintenant entre les mains de notre conseiller juridique canadien », a indiqué dans un courriel une porte-parole de Formule E, Jessica Borrell.

Un événement déficitaire

« Nous avons très vite constaté l’énorme problème concernant la recherche de commandites et de subventions, ce dont l’administration précédente était pleinement consciente », a déclaré la mairesse.

« Cette situation est uniquement due à l'improvisation de l'ancienne administration et à un montage financier irréaliste, déconnecté, voire douteux », a-t-elle ajouté.

Le principal commanditaire du championnat, Hydro-Québec, a décidé qu’il ne s’impliquerait plus dans l’événement, l’aventure n’ayant pas donné les résultats escomptés. La société d’État avait octroyé 850 000 $ pour la première année.

Hydro-Québec espérait le double de l'achalandage atteint sur les lieux du circuit, soit 90 000 personnes plutôt que 45 000. De plus, la société d'État souhaitait que la diffusion de l'événement à l'extérieur du pays soit plus payante.

« On s'attendait à atteindre 37 millions de téléspectateurs, alors qu’on en a rejoint environ 15 millions », a expliqué Serge Abergel, porte-parole d'Hydro-Québec.

MCE blâme l'administration Coderre

Montréal c'est électrique a été avisé de la décision de l'administration Plante lundi après-midi.

L'organisme, qui a d'abord offert sa collaboration à la Ville pour négocier la fin du contrat avec Formule E, attribue le déficit de l'événement à l'ancienne administration.

« On ne s'occupait pas de l'obtention des subventions. C'est le cabinet [de l'ex-maire Denis Coderre] qui était responsable de ce volet-là et ça a été le principal problème qui nous mène aujourd'hui à des dettes importantes », a mentionné le directeur général de Montréal c'est électrique, Simon Pillarella.

On nous avait promis 11,5 millions de dollars en subventions qui n'ont malheureusement pas été livrées.

Simon Pillarella, directeur général de Montréal c'est électrique

Au total, pour l'édition 2017, les dépenses ont été de 20,5 millions de dollars, les revenus de 3,5 millions (commandites, billetterie et concessions) et les subventions de 3,5 millions. L'organisme enregistre actuellement un déficit de 13,5 millions de dollars.

Une décision justifiée pour l'opposition

Dans un contexte où ces chiffres-là s’annoncent véridiques, on pense que la décision d’annuler la formule E pour l’année prochaine est justifiée.

Lionel Perez, chef de l'opposition à la mairie

« Il va falloir attendre de façon plus précise le bilan, les états financiers de la part de Montréal c’est électrique. Nous pensons qu'il y a une grande reddition de comptes qui doit être faite », a avancé le chef de Mouvement Montréal (nouveau nom du parti de l'ex-maire Denis Coderre).

M. Perez estime toutefois que l'administration Plante aurait dû demander aux organisateurs de la formule E à combien s'élèvent les pénalités qui vont de pair avec l'annulation de l'événement.

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, a lui aussi réagi en affirmant que cela témoignait du fait que l'on avait désormais des gouvernements municipaux et non plus des villes dépendantes du gouvernement du Québec.

« Mme Plante dirige le gouvernement municipal de Montréal, elle prend ses décisions [...] C’est comme cela que l’on veut le Québec, on ne veut pas d’un Québec où les municipalités sont constamment à demander à Québec la permission pour prendre des décisions. »

Qui paiera les pénalités?

De nombreuses questions restent en suspens, dont à combien s’élèveront les pénalités pour avoir rompu un contrat de trois ans, et qui paiera la note. Selon MCE, la facture sera de plusieurs millions de dollars.

Interrogée de nombreuses fois, la mairesse a dit qu’elle ne connaissait pas ce montant, tout en rappelant que c’est l’organisme Montréal c’est électrique qui est lié par contrat avec Formule E.

L'OSBL rappelle de son côté qu’il sera difficile pour Formule E de lui réclamer des sommes importantes, puisque sa capacité de payer est limitée par la Ville et que l’organisme n’a aucun actif.

En cas de poursuite, MCE ferait valoir qu’il n’avait pas la responsabilité de financer l’événement, a souligné son directeur général, Simon Pillarella.

« On a livré ce qu’on avait à livrer, avec ce qu’on contrôlait du manque à gagner. Nous, on est capables de démontrer clairement que ce n’est pas de notre responsabilité. On ne peut pas payer plus que ce que la Ville nous autorise », explique Simon Pillarella.

L'ex-maire Denis Coderre et le PDG d'Hydro-Québec, Éric Martel, lors d'une conférence de presse au sujet de la course de formule E à Montréal.

Le maire Denis Coderre et le PDG d'Hydro-Québec, Éric Martel, lors d'une conférence de presse au sujet de la course de formule E à Montréal.

Photo : Radio-Canada

Pour contacter Julie Marceau : julie.marceau@radio-canada.ca

Politique municipale

Politique