•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plusieurs médecins s’offrent pour travailler le jour de Noël

Des médecins dans une salle d'opération.

Plusieurs médecins qui ne sont pas de confession chrétienne s'offrent pour travailler le jour de Noël

Photo : iStock

La Presse canadienne
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Pour des millions de Canadiens, Noël, ça signifie se réunir en famille, manger de la dinde et s'échanger des cadeaux. Mais pour les médecins qui travaillent le soir de Noël, la tradition peut être toute autre.

Le 25 décembre, plusieurs docteurs qui ne sont pas de confession chrétienne s’offrent pour travailler en remplacement de leurs collègues qui désirent célébrer Noël.

« La majorité des médecins qui travaillent le soir de Noël ne sont pas chrétiens », selon le Dr Joel Lexchin, urgentologue dans un hôpital du centre-ville de Toronto de confession juive. « Il ne s’agit pas que des juifs ou des musulmans. Il y a les hindous, les bouddhistes et tous les autres. »

La photo d'un docteur.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Dr. Joel Lexchin

Photo : La Presse canadienne / Chris Young

Selon la Dre Tanu Sharma, de Cambridge, en Ontario, travailler avec les patients le jour de Noël est devenu une sorte de tradition.

« J’ai été élevée dans la tradition hindoue et nous n’avons jamais vraiment célébré Noël. Je m’offre toujours pour travailler le 25 décembre », dit-elle.

Les chrétiens qui sont de garde à l’hôpital retournent la faveur lors des fêtes religieuses de leurs collègues.

« L'esprit de Noël et le concept d'unité familiale me tiennent tout de même à cœur, souligne Mme Sharma. C'est l'une des raisons pour lesquelles je travaille à Noël. Ça permet à mes collègues, qui travaillent si dur et travaillent lors des fêtes religieuses de leurs collègues à eux, qui passent leurs soirées et fins de semaine loin de leurs enfants, d'être avec leurs familles. »

« On prend soin l’un de l’autre, on se remplace fréquemment », souligne le Dr Firas Al-Rawi, un urgentologue de confession musulmane qui travaillera le 25 décembre prochain. « Travailler à Noël, c’est un peu notre cadeau aux chrétiens! »

« L’atmosphère à l’hôpital est d’ailleurs transformée le soir de Noël », explique Mme Sharma. « Les patients et les familles sont reconnaissants, des bénévoles viennent chanter des chansons de Noël, on décore, et les patients sont empathiques, ce qui arrive rarement », dit-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !