•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les granules de bois ont un fort potentiel, dit une experte

Les silos de l'anse au Foulon.

Les silos de l'anse au Foulon sont vides et pourraient le rester longtemps.

Photo : Radio-Canada / Sébastien Vachon

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les dômes blancs du secteur de l'Anse-au-Foulon, à Québec, doivent être utilisés à nouveau pour l'entreposage de granules de bois, estime une professeure de l'Université Laval.

Érigés il y a quatre ans dans la controverse, les deux silos sont aujourd’hui vides. Le contrat d'exclusivité entre Arrimage Québec et la compagnie Rentech, qui entreposait des granules de bois, est terminé en raison de factures impayées par ce dernier.

Arrimage Québec, qui est à la recherche de nouveaux partenaires, doit approcher d’autres entreprises de ce secteur, selon la professeure spécialisée en biomasse forestière à l’Université Laval Évelyne Thiffault. Elle croit énormément au potentiel économique des granules de bois.

Elle affirme que la demande de granules de bois a explosé ces dernières années en Europe. Le marché asiatique commence pour sa part à se développer.

« On s’attend à ce que l’est du Canada fournisse d’ici 2020 environ 850 000 tonnes de granules, selon les prévisions européennes », explique-t-elle.

« Leur plus gros problème, en Europe, est d’assurer l’approvisionnement. Ils ont peur de manquer de granules. »

— Une citation de  Évelyne Thiffault, professeure spécialisée en biomasse forestière à l’Université Laval

Pari trop risqué

Elle considère que Rentech avait une bonne idée d’entreposer des granules de bois au port de Québec. S’approvisionner en Ontario et exporter le tout à partir du port de Québec constituait toutefois un pari un peu trop risqué, selon l’enseignante.

Malgré l’exemple de Rentech, qui n’a pas bien fonctionné, Mme Thiffault affirme que le Québec peut devenir un chef de file dans ce domaine.

Il faut toutefois bien faire nos devoirs et apprendre à connaître nos matières premières. « Les meilleures techniques de fabrication, quels sont les meilleurs marchés, comment établir des chaînes profitables, quelle sorte de bateau utiliser », cite-t-elle en exemple.

La Colombie-Britannique est le plus important exportateur au pays de granules de bois, tant vers l'Europe que vers l'Asie. Dans le monde, c'est le sud-est des États-Unis qui est le leader en la matière.

Avec les renseignements de Pascale Lacombe

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !