•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des citoyens réclament plus de déneigement à Val-Bélair

Une déneigeuse de trottoir dégage le côté nord de la route Sainte-Geneviève.
Une déneigeuse de trottoir dégage le côté nord de la route Sainte-Geneviève. Photo: Radio-Canada / Marie Maude Pontbriand
Radio-Canada

Des résidents de Val-Bélair demandent à la Ville de Québec de déneiger le trottoir du côté sud de la route Sainte-Geneviève. Pour eux, il s'agit d'une question de sécurité. Durant l'hiver, la Ville a choisi de déneiger uniquement le trottoir nord sur la rue Sainte-Geneviève dans leur secteur.

Un texte de Marie Maude Pontbriand

Âgée de 7 ans, Jade marche tous les matins la route Sainte-Geneviève pour aller prendre l'autobus. Comme le trottoir du côté de sa maison n'est pas déneigé, elle doit soit déambuler dans la rue, soit traverser pour prendre le trottoir, mais la densité de la circulation de l'heure rend souvent périlleuse cette deuxième option.

L'an dernier, elle a même failli se faire frapper par un véhicule alors qu'elle revenait de l'école en marchant dans la rue, expliqe sa mère, Marilou Jacob-Bédard.

S'il y avait eu un trottoir, ça ne serait jamais arrivé.

Marilou Jacob-Bédard, résidente du secteur Val-Bélair

Depuis cet événement, la mère de Jade fait pression sur la Ville pour qu'elle déneige le trottoir du côté sud de la route Sainte-Geneviève comme c'est le cas de l'autre côté de la rue.

Marielou Jacob-Bédard est aussi propriétaire d'une garderie en milieu familial. En hiver, elle raconte que les bancs de neige deviennent si haut que les parents ont de la difficulté à sortir de son entrée de maison quand ils viennent déposer ou prendre leurs enfants.

Plusieurs de ses voisins affirment avoir déjà porté plainte à la Ville à ce sujet. Brigitte Pin, qui habite le quartier depuis 14 ans, se souvient que lors de son arrivée, les deux trottoirs étaient déneigés. Sans explication, la Ville a cessé d'en déneiger un, explique-t-elle.

« Nous, on paye nos taxes. [Ils arrêtent de déneiger et ] nos taxes ne changent pas », souligne-t-elle.

Une déneigeuse de trottoir dégage le côté nord de la route Sainte-Geneviève. Une déneigeuse de trottoir dégage le côté nord de la route Sainte-Geneviève. Photo : Radio-Canada / Marie Maude Pontbriand

Une route sécuritaire, selon la Ville

Marilou Jacob-Bédard a contacté par courriel le maire de Québec, le président de son arrondissement et son conseiller municipal pour leur faire part de ses doléances.

La Ville répond qu'une étude réalisée en 2014 a démontré que la route Saint-Geneviève ne représentait pas un chemin public dangereux pour la circulation des piétons. L'étude s'appuie sur la géométrie de la route, la signalisation en place, la limite de vitesse, la densité des résidences et commerces et la circulation.

Le conseiller municipal de Val-Bélair, Sylvain Légaré, est toutefois bien conscient que la situation a changé depuis l'étude. « Moi je constate qu'il y a plus de voitures, il y a plus de circulation. En 2014, il y avait des secteurs de pas construits, on va refaire l'étude sérieusement, on prend ça à coeur c'est pas rien. »

En attendant que la Ville bouge, Marilou Jacob-Bédard poursuit son combat et fait signer une pétition à son voisinage et aux parents de sa garderie. Elle la déposera au conseil d'arrondissement cette semaine.

« Est-ce qu'ils attendent qu'il y ait une tragédie pour faire quelque chose, pour bouger? C'est ça que je ne veux pas qui arrive », explique-t-elle.

Québec

Justice et faits divers