•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un professeur à la retraite pédophile condamné au pénitencier

Il entre dans la salle d'audience

Alain Lapointe au palais de justice de Québec

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Un ancien enseignant à l'école secondaire Saint-Jean-Eudes de Charlesbourg est condamné à 4 ans et demi de prison.

Un texte de Yannick Bergeron

Alain Lapointe, 66 ans, s'est présenté entouré de ses proches au palais de justice de Québec pour connaître sa peine.

Lapointe a agressé un adolescent sur une période de deux ans après avoir pris sa retraite de l'enseignement.

La victime avait 13 ans lorsque les agressions ont débuté. Lapointe a filmé ses ébats et c'est d'ailleurs en revenant de voyage en 2016 que des douaniers ont trouvé de la pornographie juvénile dans son ordinateur.

La médiatisation de son arrestation avait incité deux autres victimes à sortir de l'ombre pour des attouchements survenus en 1968 et 1974.

À l'époque, Lapointe était moniteur et en avait profité pour faire des attouchements sur des garçons de 9 et 10 ans.

Il a profité de son lien pour assouvir ses pulsions sexuelles

Réna Émond, juge Cour du Québec

Triste profil

La juge Réna Émond a tracé un triste profil de l'ancien professeur. Traits narcissiques, prise de conscience mitigée et remords ténus, la juge Émond n'a pas été tendre à l'endroit de l'homme qui s'est marié à 24 ans « pour répondre aux pressions sociales de l'époque », a expliqué la juge.

La poursuite réclamait 6 ans de prison alors que l'avocat de Lapointe avait suggéré une peine de 2 ans.

La juge Émond a imposé 3 ans de prison pour les agressions répétitives commises sur l'adolescent de 13 ans. Elle a ajouté une peine consécutive d'une année pour production de pornographie juvénile puisque Lapointe avait filmé plusieurs scènes avec la victime.

Elle a ajouté 6 mois supplémentaires pour les crimes d'époque, pour le total de 4 ans et demi d'incarcération.

« Il a écorché sans gêne l'innocence de trois garçons », s'est désolée la juge Émond avant d'envoyer le sexagénaire aux cellules.

Procès et poursuites

Justice et faits divers