•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Justin Trudeau défend son approche face aux changements climatiques

Justin Trudeau au micro entouré de Kathleen Wynne et d'autres personnes
Le premier ministre Justin Trudeau défend sa politique énergétique lors de l'inauguration d'une station de métro à Toronto Photo: The Canadian Press / Aaron Vincent Elkaim
Radio-Canada

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a défendu son approche pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre en réaction à un appel de la France rapporté dans le quotidien Le Devoir.

« Protéger l’environnement doit aller main dans la main avec la création d’emplois et la création d’une économie forte pour tout le monde. Et c’est exactement ce que l’on est en train de faire. D’avoir cette approche durable qui comprend comment on va défendre l’environnement et créer de la croissance économique en même temps, c’est ce [à quoi] le monde s’attend du Canada. », a-t-il dit en point de presse à Toronto, vendredi.

En marge du sommet One Planet de Paris, auquel ne participait pas le Canada, un représentant de l’Élysée, le siège de la présidence de la République française, a appelé le Canada à renoncer à exploiter ses énergies fossiles telles que le gaz naturel ou le pétrole. Il a déclaré que le Canada devra faire preuve de « courage » au nom de l'engagement international à lutter contre les changements climatiques. L'Élysée a néanmoins souligné les multiples initiatives canadiennes qui vont dans ce sens.

La ministre de l’Environnement, Catherine McKenna, a annoncé vendredi une vague de projets qui visent une plus grande efficacité énergétique. Ces projets sont financés grâce à un fonds de 1,4 milliard de dollars, déjà annoncé dans le budget fédéral en février dernier. « Ils les aident [les provinces] à faire plus et doivent faire partie de notre plan pancanadien pour être certains qu’on peut faire notre part, atteindre notre cible dans le contexte de l’Accord de Paris », a-t-elle dit.

De passage à Montréal, le ministre fédéral des Transports, Marc Garneau, a annoncé que Québec recevra 260 millions de dollars sur cinq ans pour lutter contre les changements climatiques. Ces sommes seront utilisées pour accroître l'efficacité énergétique des entreprises, encourager la biomasse forestière et le biogaz, reboiser des secteurs forestiers et soutenir la commercialisation de technologies vertes.

Changements climatiques

Politique fédérale

Politique