•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le commandant de Valcartier impuissant à enrayer l’adhésion de militaires à La Meute

Un manifestant lors d'un rassemblement de La Meute à Québec.
Un manifestant lors d'un rassemblement de La Meute à Québec. Photo: Radio-Canada / Maxime Corneau

Deux mois après que l'armée eut lancé un avertissement interdisant aux militaires d'adhérer à des groupes radicaux, un colonel de la base militaire de Valcartier admet avoir peu de pouvoir pour faire respecter ce mot d'ordre.

Un texte de Cathy Senay

Le colonel Stéphane Boivin est à la tête des troupes de la base militaire de Valcartier depuis la fin du mois de juin. Conscient de la présence croissante de militaires sur les réseaux sociaux, il souligne cependant qu’aucun groupe ne se retrouve sur une liste noire à l’heure actuelle.

« Il n'y a aucun groupe nommé spécifiquement auquel on n'a pas le droit d'adhérer. Tout est une question de demande via la chaîne de commandement et d'approbation au directeur de l'éthique actuellement », explique le colonel Stéphane Boivin, commandant du 5e Groupe-brigade mécanisé du Canada (5 GBMC).

Le colonel Stéphane Boivin, commandant du 5e Groupe-brigade mécanisé du Canada (5 GBMC)Le colonel Stéphane Boivin, commandant du 5e Groupe-brigade mécanisé du Canada (5 GBMC) Photo : Radio-Canada / Cathy Senay

Il souligne également n'avoir qu’un contrôle limité pour encadrer les activités de ses troupes à ce chapitre. C’est le directeur de l’éthique de l’Armée canadienne qui gère toute demande d’adhésion à des groupes. Encore faut-il que les militaires entreprennent cette démarche.

Croit-il que des membres de l'armée ont leur place dans un groupe comme La Meute par exemple? « Moi, je ne peux pas dire non. Mais je vais recommander au directeur de l'éthique - non. C'est ça qui va arriver. Parce que La Meute, selon ce qu'on voit, ne représente pas les valeurs et l'esprit d'intégration des Forces armées canadiennes », souligne le colonel Boivin.

Un système qui repose sur la bonne foi

Depuis l’entrée en fonction de ce haut gradé formé en mathématiques à la base de Valcartier, quatre manifestations ont été organisées par La Meute et Storm Alliance à Québec et à Saint-Bernard-de-Lacolle contre « l’immigration illégale », notamment.

Le colonel Boivin résume qu’à l’heure actuelle, l’interdiction de se joindre à ces groupes repose sur la bonne foi des soldats. Il ne peut faire aucune surveillance dans les réseaux sociaux.

Je n’ai pas ce droit légal là d’aller sur une page Facebook et de faire de la collecte de renseignements sur ces membres. [...] Si on m’apporte les noms, si on me donne les individus et on fait une dénonciation, là j’ai un élément pour déclencher une enquête via la police militaire.

Le colonel Stéphane Boivin, commandant du 5e Groupe-brigade mécanisé du Canada (5 GBMC)

Mis à part de rappeler aux militaires leur code de valeurs et d’éthique du ministère de la Défense nationale et des Forces canadiennes, le commandant confirme que son pouvoir d’intervention est limité.

« L'impuissance demeure. Si je ne sais pas qui fait partie du groupe, s'il n'est pas dénoncé, s'il n'est pas reconnu, bien évidemment, je ne peux pas faire grand-chose. »

Militaires membres du site Facebook privé de La Meute (12 décembre 2017)Militaires membres du site Facebook privé de La Meute (12 décembre 2017) Photo : Radio-Canada

Plus tôt cet automne, nous avions recensé environ 75 militaires membres du site Facebook privé de La Meute. De ce nombre, 20 se sont désabonnés depuis que le brigadier général Hercule Gosselin a transmis une mise en garde aux membres des Forces armées canadiennes au Québec concernant l’adhésion à des groupes radicaux.

Nous avons échangé des courriels avec l’un d’entre eux qui a réclamé l’anonymat.

Il a fallu cet avertissement pour que des militaires se conscientisent. Pour le colonel Boivin, une chose est claire : « Ça prouve juste qu'on a encore un exercice de prévention à faire et de l'éducation. »

Formation sur la radicalisation

Des professionnels en santé mentale à la base de Valcartier ont par ailleurs reçu une formation sur la radicalisation cet automne. Le formateur Maxime Fiset, qui est agent au Centre de prévention de la radicalisation menant à la violence, souligne avoir répondu à de nombreuses questions sur La Meute, notamment.

« On constate que même si très peu de militaires actifs font partie de groupes d'extrême droite, plusieurs ont quand même des propos assez sympathiques avec les thèses de La Meute. Et je ne dirais pas que c'est un pourcentage élevé des militaires, mais c'est suffisant pour que les personnes au niveau de l'intervention aient jugé bon de nous questionner sur la façon dont La Meute recrute, quel est leur message exact? », analyse-t-il.

Le médecin-chef Alain Miclette insiste pour préciser que le but de la formation n’était pas de détecter la radicalisation chez les militaires. Il reconnaît cependant que certains d’entre eux ont conservé de l’Afghanistan une frustration liée à leur impuissance.

« C’est difficile de faire affaire avec ces gens-là quand on voit qu’on est là pour les aider, mais eux nous voient comme l’ennemi », mentionne le Dr Miclette.

Plusieurs années après la fin de cette mission de combat, l’équipe médicale demeure à l’écoute de ces soldats et ce qu’ils ont vécu, souligne le médecin.

Québec

Réseaux sociaux