•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Suivre son autobus en temps réel est maintenant possible à Montréal

Plusieurs personnes s'apprêtent à monter à bord d'un autobus de la STM.

Les usagers de la STM peuvent désormais suivre en temps réel leur autobus grâce au système iBus.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le système iBus, qui permet aux usagers de la Société de transport de Montréal (STM) de suivre en temps réel leur autobus, est désormais pleinement fonctionnel. Même s'il reste encore quelques détails à peaufiner, les usagers qui ont bravé le froid jeudi pour attendre leur autobus ont applaudi cette nouvelle.

Les 1800 autobus de la STM sont désormais géolocalisés.

Les usagers peuvent donc, en temps réel, savoir combien de temps ils ont à attendre à leur arrêt.

« C'est une très bonne chose », souligne un usager de la STM rencontré jeudi. « J'utilise beaucoup le transport en commun, dit-il, donc si jamais il y a des inconvénients ou quelque chose qui arrive, c'est le fun de savoir s'il faut prévoir une autre option [de transport]. »

Il y a deux façons d'accéder à iBus.

Il est accessible par le site web ou mobile de la STM, qui est encore en évolution. Des cartes pour montrer l'autobus qui avance seront bientôt ajoutées.

Un homme tient dans sa main un téléphone intelligent. Il est sur le site mobile de la STM, sur la page « horaires et plan ».Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

iBus est accessible notamment par le site web ou mobile de la STM.

Photo : Radio-Canada

Il est aussi possible de télécharger l'application Transit.

Un homme tient sans sa main un téléphone intelligent. L'application Transit est ouverte.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'application Transit

Photo : Radio-Canada

La conductrice Carole Lessard, qui travaille pour la STM, se réjouit de cette avancée technologique.

« Tant mieux si ça peut informer les gens des journées comme mercredi, par exemple, où évidemment tout le monde était très au ralenti, dit-elle. Même aujourd'hui, des fois on peut suivre une gratte. Alors si les gens peuvent savoir à quoi s'en tenir, évidemment que c'est une bonne chose. »

La STM en mode rattrapage

La STM n'est pas révolutionnaire, au contraire. Plusieurs villes comme Québec et Sherbrooke offrent déjà ce genre de service. Et à Laval, une application existe depuis sept ans déjà.

Pourquoi si tard à Montréal?

« C'était complexe », répond le président du conseil d’administration de la STM, Philippe Schnobb.

« C’est un projet qui n’était pas simplement l'accès au temps réel, explique-t-il. L'accès au temps réel, c'est la fin du projet. Mais à travers tout ça, il y a tous les régulateurs qui travaillent. Ils prennent conscience du réseau de bus, quel est son état… Ils peuvent aider les chauffeurs à se déplacer de différentes manières, selon les besoins. »

Avec iBus maintenant, on n’attend plus l'autobus. On prend l'autobus! On planifie son temps. Le bus passe dans 4 minutes, on met son manteau, on met ses bottes, on sort.

Une citation de : Philippe Schnobb, président du conseil d’administration de la STM

Cinq ans de travaux et 155 millions de dollars plus tard, une étape de plus est donc franchie pour Montréal, ville intelligente.

D’après le reportage de Jean-Sébastien Cloutier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !