•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’astronaute David St-Jacques portera un maillot biométrique fait au Québec

Le reportage de Catherine François
Radio-Canada

« Tout est fait au Québec : le design est fait au Québec, l'assemblage est fait au Québec, les tests sont faits au Québec... » Jean-François Roy, cofondateur de Carré Technologies et chef des technologies pour cette même entreprise, n'est pas peu fier. Le maillot biométrique conçu par cette dernière sera dans les bagages de David St-Jacques quand l'astronaute québécois s'envolera dans l'espace, dans un an, pour sa première mission spatiale.

Un texte de Catherine François

L’Astroskin – c’est le nom de ce maillot – va permettre d’en apprendre davantage au sujet des effets de l’espace sur le corps humain et la santé des astronautes.

Carré Technologies s’est associé à l’Agence spatiale canadienne, en 2011, pour mettre au point ce maillot spécial. L'entreprise montréalaise vend déjà l’Hexoskin, un vêtement qui est destiné aux sportifs de haut niveau, aux athlètes et aux entraîneurs et qui est muni de capteurs en vue de mesurer le rythme cardiaque, la respiration et la tension, entre autres.

Le maillot Astroskin, présenté ici sur un mannequin.Le maillot Astroskin permet de recueillir plusieurs données biométriques. Photo : Radio-Canada / Catherine François

Comme une deuxième peau

L’Astroskin sera élaboré à partir de ce modèle, mais dans une version beaucoup plus sophistiquée. Muni de capteurs intégrés et fabriqué dans un tissu italien de très haute qualité, ultraconfortable et antibactérien, il permettra de mesurer le rythme cardiaque, la respiration, la tension artérielle et la température de l'astronaute, de même que d’autres indices corporels.

Jean-François Roy ne cache pas son enthousiasme : « C'est la première fois que notre maillot va aller dans l'espace, et c'est la première fois qu'il va y avoir un instrument de recherche dans la station spatiale qui va permettre de prendre toutes ces mesures-là. On a vraiment hâte de voir concrètement si cela va bien fonctionner. Est-ce qu'on va être capable d'aller chercher l'information qui nous manquait ? On croit que oui, mais tant qu'on ne l'a pas fait… »

David St-Jacques, qui s'envole dans un an pour la Station spatiale internationale (SSI), a immédiatement accepté de faire le cobaye. Ce médecin de formation, qui a pratiqué dans le Grand Nord canadien, a rapidement compris que cette technologie allait servir dans la médecine de demain.

L’astronaute a testé le maillot – qui a été fait sur mesure – au cours de ses entraînements, afin de faire les ajustements nécessaires. Il va donc s’envoler en novembre 2018 avec deux maillots Astroskin dans sa valise. Il devra porter cette « deuxième peau » par bloc de 48 heures durant son séjour dans la SSI.

Les données recueillies seront par la suite extraites et récoltées selon deux méthodes. « Soit par Bluetooth, avec une application iPad que les astronautes vont avoir avec eux et qui leur sera aussi utile pour vérifier que tout va bien, soit par USB : une fois l’enregistrement terminé, on va le brancher sur un ordinateur spatial, prendre les données et les transférer sur Terre », explique Jean-François Roy.

L’Agence spatiale canadienne assurera le transfert de ces données auprès des scientifiques associés à ces expériences.

Les bureaux de l'entreprise Carré Technologies, à MontréalLes bureaux de l'entreprise Carré Technologies Photo : Radio-Canada / Catherine François

Faire avancer la science

L’Astroskin permettra donc d’en connaître davantage au sujet des effets de l’espace sur le corps humain et la santé des astronautes.

Carré Technologies a même conçu un modèle féminin de ce maillot avec soutien-gorge intégré, car David St-Jacques ne sera pas le seul à l’utiliser : d’autres astronautes qui s’envoleront pour d’autres missions le porteront à leur tour. L’idée est d’enregistrer toutes ces données biométriques auprès de plusieurs personnes pour avoir un meilleur échantillonnage.

L’entreprise montréalaise espère poursuivre sa collaboration avec l’Agence spatiale canadienne. « On aimerait continuer ce travail-là; les accompagner dans leur cheminement, affirme Jean-François Roy. L’objectif, c'est d'envoyer des astronautes sur Mars et qu'ils reviennent en vie et en santé, mais en ce moment, ce n'est pas possible : il faut qu'on en apprenne plus sur les changements du corps dans l'espace, les effets de la radiation, la microgravité, et ça passe par un programme de recherche comme celui-là. »

Carré Technologies entend également mettre sur pied des partenariats avec le milieu hospitalier et les centres de recherche. L’Hexoskin sert déjà à des expériences sur le sommeil, notamment au sujet des problèmes d’apnée. « Si on a un appareil comme ça qui remplit les besoins de l'Agence spatiale canadienne et de la NASA, on est capables de remplir les besoins des hôpitaux et de la plupart des groupes de recherche », estime M. Roy.

Espace

Économie