•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Ontario adopte le projet de loi sur le bilinguisme officiel à la Ville d'Ottawa

L'hôtel de ville d'Ottawa, rue Laurier
L'hôtel de ville d'Ottawa, rue Laurier Photo: Radio-Canada / Danny Globerman
Radio-Canada

Le projet de loi visant à reconnaître le caractère bilingue de la Ville d'Ottawa a été adopté jeudi après-midi à Queen's Park.

La reconnaissance du bilinguisme officiel à la Ville d'Ottawa faisait partie d'un projet de loi omnibus, qui contenait également des articles créant le projet d'Université franco-ontarienne et qui accorde la gestion par des francophones du Centre Jules-Léger.

Le projet de loi 177 a reçu la sanction royale peu de temps après son adoption.

Le président de l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario (AFO), Carol Jolin, y voit une journée historique pour la communauté franco-ontarienne. « C'est un pas de géant en avant en créant l'entité de l'Université de l'Ontario français », dit-il, un établissement dont certains « rêvaient depuis 40 ans ».

M. Jolin voit également comme une grande victoire pour la province et pour le pays le fait que le français sera maintenant reconnu à la Ville d'Ottawa.

Le signal que ça envoie, non seulement pour la Ville, mais aussi pour la province et pour le pays, c'est de pouvoir dire que notre capitale nationale reflète les deux langues officielles du pays, je pense que ça, c'est important.

Carol Jolin, président de l'AFO

M. Jolin salue le travail de la députée d'Ottawa-Vanier, Nathalie Des Rosiers, et de la ministre des Affaires francophones, Marie-France Lalonde, dans le dossier. « Ç’a été beaucoup de démarches, beaucoup de lobbying auprès du maire, auprès des conseillers de la Ville », a-t-il dit.

La loi omnibus ne reconnaît pas la Ville d'Ottawa comme étant officiellement bilingue, mais elle en reconnaît le caractère et enchâsse ses services en français.

En cela, dit M. Jolin, « c'est beaucoup plus difficile de modifier une loi comme telle, donc on vient de sécuriser les services en français qu'on a déjà au niveau de la Ville. On protège ce qu'on a et on essayera de bâtir là-dessus dans les années à venir. Je pense que ça augure bien ».

Ottawa-Gatineau

Politique municipale