•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rétrospective : 15 événements qui ont marqué l'international en 2017

Donald Trump s'adresse aux journalistes.
Le président des États-Unis, Donald Trump, en compagnie de son vice-président, Mike Pence. Photo: Reuters / Carlos Barria
Radio-Canada

Retour sur une année marquée par un président américain hypermédiatisé, par des ouragans meurtriers et par la violence sous toutes ses facettes, mais aussi par la fin du califat du groupe armé État islamique.


1. Le terrorisme international

Des photos et des gerbes de fleurs déposés par terre.Des fleurs et des photos des victimes ont été déposées devant la boîte de nuit où sont mortes 39 personnes à Istanbul. Photo : Reuters / Yagiz Karahan

L’année a commencé dans le sang à Istanbul quand une bombe a explosé dans une discothèque lors des célébrations du Nouvel An, faisant 39 morts, dont de nombreux étrangers. Le groupe armé État islamique a revendiqué cet attentat ainsi que celui qui a tué 22 personnes, dont une majorité d’adolescentes, à Manchester, au Royaume-Uni, en mai, à la fin d’un concert d’Ariana Grande.

Des attaques au camion-bélier à Londres, à Stockholm, à Barcelone et à New York ont également fait de nombreuses victimes. En outre, plusieurs autres attaques de moindre envergure et des tentatives d'attentat déjouées ont tenu les Européens sur le qui-vive.

En Afrique, 305 personnes sont mortes dans une attaque à la bombe non revendiquée contre une mosquée du Sinaï égyptien, tandis que 358 autres étaient tuées dans un double attentat attribué aux milices Al-Shabab, à Mogadiscio, en Somalie. Il s’agit des deux attentats les plus meurtriers de l’année.


2. Les faits et gestes de Donald Trump

Donald Trump lève la main droite pour saluer la foule.Donald Trump, accompagné de son épouse Melania, salue la foule lors de son assermentation, le 20 janvier 2017. Photo : Reuters / Carlos Barria

La prestation de serment de Donald Trump sur les marches du Capitole, le 20 janvier, a marqué le début d’une année pendant laquelle le président américain a fait les manchettes à répétition, dans son pays comme à l’étranger. Ses messages sur Twitter, ses déclarations outrancières et ses décisions impulsives n’ont laissé personne indifférent.

De son décret migratoire à son retrait de l’Accord de Paris, en passant par la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël, il a alimenté les médias à profusion, tout en remettant en question leur crédibilité à maintes reprises.

Malgré les controverses, ses partisans ne le délaissent pas, même si, entre-temps, les bonzes du Parti républicain peinent à trouver leurs repères. Tandis que l’enquête sur ses liens avec la Russie éclabousse certains de ses proches, M. Trump continue à gérer la Maison-Blanche à sa façon.


3. La crise au Venezuela

Un manifestant devant des objets qui brûlent.Des militants ont installé des objets dans les rues de Caracas. Photo : Reuters / Carlos Garcia Rawlins

Le deuxième trimestre de 2017 a été marqué par des affrontements entre les forces de l’ordre et des manifestants réclamant le départ du président Maduro. Au moins 125 personnes ont perdu la vie dans les protestations d’avril à juillet. Malgré une forte opposition, Nicolas Maduro a réussi un coup de force : la mise sur pied d’une assemblée chargée de réécrire la Constitution du pays, une opération dénoncée par l’opposition comme une manœuvre pour se maintenir au pouvoir.

Les conditions du vote ont été dénoncées par plusieurs pays, dont les États-Unis, qui ont imposé des sanctions aux dirigeants du Venezuela, et l'Union européenne, qui a refusé de reconnaître le résultat de l’élection. Le parti de Nicolas Maduro a néanmoins remporté les élections régionales et municipales, boycottées par l’opposition. Pendant ce temps, les pénuries d'aliments et de médicaments se poursuivent, rendant la vie quotidienne extrêmement ardue pour les Vénézuéliens, qui fuient par milliers vers les pays voisins.


4. L'élection d’Emmanuel Macron en France

Emmanuel Macron lève les bras devant un drapeau français.Emmanuel Macron après le premier tour de l'élection présidentielle française, le 23 avril 2017. Photo : Reuters / Benoit Tessier

L’ex-banquier de 39 ans, à la tête de son mouvement En marche!, a causé la surprise en remportant le premier tour de l’élection présidentielle française, en avril, devant les candidats de la droite, François Fillon, et du Parti socialiste, Benoît Hamon. Deux semaines plus tard, le 7 mai, alors que plusieurs redoutaient une victoire historique du Front national, M. Macron a battu Marine Le Pen.

La lune de miel avec les Français n’a toutefois pas duré. Des mesures impopulaires et une attitude jugée arrogante lui ont valu une chute marquée de popularité au cours de l’été. Sa jeunesse et son dynamisme seront-ils suffisants pour garder la faveur de ses compatriotes au cours des quatre prochaines années?


5. La débâcle de l’EI

Une ville en ruinesLa destruction à Mossoul Photo : Radio-Canada

Au cours de l’année, le groupe armé État islamique (EI) a perdu énormément de terrain en Irak et en Syrie. La chute de Mossoul, en juillet, a marqué le début de la fin pour les djihadistes dans ce pays. Après une suite de défaites des insurgés, le premier ministre irakien a annoncé la fin de la guerre contre l’EI en décembre.

En Syrie, la ville de Raqqa, siège du califat, est tombée en octobre et Boukamal en novembre. « Le territoire syrien est totalement libéré », a déclaré la Russie, alliée de Bachar Al-Assad, qui a décidé de retirer la majeure partie de ses troupes du pays.

Pour autant, la capacité de nuisance de l’EI n’est pas anéantie. En plus des combattants qui se sont fondus dans le décor, mais qui pourraient continuer de sévir dans la région, des terroristes se réclamant proches de l’organisation ont commis des attentats sanglants dans plusieurs pays occidentaux.

Ces derniers s’inquiètent par ailleurs du retour de ces djihadistes partis se battre aux côtés de l'EI et qui voudraient maintenant retourner dans leur pays d’origine.


6. Une saison dévastatrice dans l’Atlantique Nord

À La Havane, un amas de débris s'est formé dans une rue à la suite du passage de l'ouragan Irma. Le 10 septembre 2017, des Cubains constatent les dégâts causés par le passage de l'ouragan Irma dans une rue de La Havane. Photo : Getty Images / AFP / Yamil Lage

2017 a été une année record pour les tempêtes tropicales, avec six ouragans majeurs qui ont causé plus de 250 milliards de dollars de dommages. Harvey, Irma et Maria ont été particulièrement meurtriers, ayant fait plus de 800 morts sur leur passage. La ville de Houston, au Texas, les Keys, en Floride, et l’île de Porto Rico ont été fortement touchées.

Mais ce sont de petites îles comme Saint-Martin et Antigua-et-Barbuda qui ont subi les plus gros dommages, certaines d’entre elles ayant été détruites à 95 % par des vents dévastateurs et des pluies diluviennes.


7. La tension nucléaire entre la Corée du Nord et les États-Unis

Kim Jong-un, de dos, observe un tir de missile assis à son bureau.Le dictateur nord-coréen Kim Jong-un observe un tir de missile en septembre 2017. Photo : Reuters / KCNA

Kim Jong-un a multiplié les tirs de missiles et les tests nucléaires, s’attirant les foudres de la communauté internationale et surtout de Washington. Le dictateur nord-coréen affirme que son pays est maintenant un État nucléaire à part entière et que « la totalité du continent américain » est à sa portée.

Ni les sanctions votées par le Conseil de sécurité de l’ONU ni les exercices militaires de la Corée du Sud et des États-Unis ne semblent avoir d’effet sur Pyongyang, qui les qualifie de « provocations ».

L’escalade verbale a atteint des sommets cet automne, le président américain, Donald Trump, déclarant à plusieurs reprises qu’il était prêt à détruire la Corée du Nord, tandis que Kim Jong-un répliquait en menaçant de frapper le territoire américain de Guam.


8. L’extrême droite toujours plus populaire en Occident

Des hommes agitent des drapeaux confédérés et d'autres avec des croix gammées.Un rassemblement de suprémacistes blancs a viré au drame à Charlottesville, en Virginie, le 12 août dernier. Photo : Getty Images / Chip Somodevilla

L’extrême droite poursuit sa montée dans plusieurs pays occidentaux. Si les formations de Geert Wilders, aux Pays-Bas, et de Marine Le Pen, en France, n’ont pas réussi à remporter la victoire aux dernières élections, elles ont tout de même obtenu d’excellents résultats.

En Allemagne, l’Alternative pour l’Allemagne (AFD) a réussi à entrer au Parlement, une première depuis 1945 pour une formation de droite radicale dans ce pays, tandis qu’en Autriche l’extrême droite du FPÖ fera partie du gouvernement de coalition.

Cette mouvance s’est aussi manifestée aux États-Unis, où la présence aux côtés de Donald Trump du chantre de la « droite alternative » américaine Steve Bannon, avant son congédiement en août, a donné un nouveau souffle aux suprémacistes blancs et autres extrémistes.


9. L’exode des Rohingyas

Corvée de bois pour une grand-mère et ses petits-enfants. Novembre 2017Une famille dans un camp de réfugiés du district de Cox's Bazar, au Bangladesh, en novembre 2017 Photo : Radio-Canada / Anyck Beraud

Plus de 600 000 membres de cette minorité musulmane persécutée au Myanmar, majoritairement bouddhiste, ont trouvé refuge dans le pays voisin, le Bangladesh, où ils croupissent dans des camps insalubres en attendant que l’on s’entende sur leur sort. Près de la moitié des réfugiés sont des enfants, et un grand nombre souffre de malnutrition.

La plus récente vague d’exils a commencé en octobre, après des attaques contre les villages rohingyas de la part de l’armée birmane, des exactions que l’ONU qualifie d’épuration ethnique et que l’armée réfute.

Le pape François s’est rendu dans la région à la fin novembre afin de plaider leur cause, notamment auprès de la dirigeante birmane et Prix Nobel de la paix, Aung San Suu Kyi, amplement critiquée pour son silence sur ce drame.


10. Le vote des Catalans pour l’indépendance

Les bulles de vin mousseux lancées dans la fouleLes Catalans célèbrent la déclaration d'indépendance. Photo : Reuters / Yves Herman

Après des semaines de tensions, d’incertitudes et de tentatives de blocage de la part de Madrid, les Catalans ont dit oui à l’indépendance le 1er octobre. Mais le gouvernement central, qui a fait déclarer le scrutin inconstitutionnel, a rejeté le résultat du vote.

À l’issue d’un bras de fer qui a duré plusieurs jours, le Parlement catalan a déclaré officiellement l’indépendance, provoquant encore une fois l’ire de Madrid, qui a décidé de mettre la province rebelle sous tutelle. La justice espagnole a lancé un mandat d’arrêt contre les dirigeants catalans, dont le président destitué, Carles Puigdemont, qui s’est enfui à Bruxelles.

Des élections en vue de choisir un nouveau Parlement pour la Catalogne doivent avoir lieu le 21 décembre.


11. Le scandale à Hollywood

Montage des images de cinq actrices et de Harvey WeinsteinQuelques actrices disant avoir été harcelées ou agressées par le producteur Harvey Weinstein. Photo : Reuters

La chute du producteur américain Harvey Weinstein, accusé d’avoir harcelé et violé plusieurs femmes pendant des années, a entraîné une vague de dénonciations à Hollywood, mais aussi ailleurs. Des vedettes comme Kevin Spacey, Dustin Hoffman, Charlie Sheen ont, elles aussi, été ciblées par des allégations d’inconduite sexuelle.

Des comportements, connus parfois depuis longtemps dans l’industrie du cinéma, ont pourtant été camouflés pour ne pas nuire aux agresseurs présumés.

Le mot-clic #MeToo (#MoiAussi), lancé par l’actrice Alyssa Milano dans la foulée de cette affaire, a permis de constater l’ampleur du phénomène, puisque des milliers de femmes à travers le monde ont répondu à son appel sur Facebook et Twitter.


12. Les Paradise Papers

Un homme assis sur une chaise de plage avec des feuilles s'envolant au ventParadise Papers Photo : Radio-Canada

Une nouvelle fuite de plus de 13 millions de documents, rendue publique en novembre, a permis d’en apprendre plus sur les liens entre les paradis fiscaux et quelque 120 politiciens et leaders mondiaux.

Et cette fois, les Canadiens sont particulièrement concernés. Près de 3300 compagnies, fondations, fiducies et gens d’ici sont nommés dans les documents du cabinet d’avocats Appleby, obtenus par le quotidien allemand Süddeutsche Zeitung et partagés avec le Consortium international des journalistes d’enquête (ICIJ) et ses partenaires, dont fait partie Radio-Canada.

D’un géant de l’alimentation à une équipe de hockey, en passant par un multimilliardaire : les documents mettent en lumière des centaines de compagnies et de personnalités bien connues qui font, ou ont fait, des affaires dans des paradis fiscaux.


13. La traite de migrants en Libye

Des centaines d'hommes sont assis par terre dans le sable en rang serré.Des migrants attendent dans un camp de détention de la Libye. Photo : Reuters / Hani Amara

Le monde a découvert avec stupéfaction des images de CNN montrant des migrants subsahariens vendus comme des esclaves par des groupes criminels dans des marchés et des encans libyens.

Grâce à des caméras cachées, les journalistes ont pu capter des images de cette traite humaine, déjà dénoncée en avril par l’Organisation internationale pour la migration.

Originaires surtout du Nigeria, du Sénégal et de la Gambie, les migrants sont capturés alors qu'ils se dirigent le nord de la Libye, d'où ils comptent gagner l'Europe en traversant la Méditerranée. En chemin, ils subissent toutes sortes de violences et de sévices.

Cette année, près de 166 000 personnes sont arrivées en Europe par voie maritime.


14. La démission de Robert Mugabe

Des Zimbabwéens dans la rue affichent de larges sourires. Les Zimbabwéens ont pris les rues de la capitale d'assaut à la suite de l'annonce de la démission de Robert Mugabe. Photo : Reuters / Mike Hutchings

On le croyait indéboulonnable, il disait lui-même vouloir régner jusqu'à ses 100 ans, mais le plus vieux chef d’État du monde a fini par être chassé du pouvoir.

C'est la décision de Robert Mugabe de congédier son vice-président, Emmerson Mnangagwa, qui a précipité sa propre fin. Le soupçonnant de vouloir passer le pouvoir à sa femme, Grace, ses anciens compagnons d'armes ont procédé à un coup d'État visant à écarter le dictateur, aux commandes depuis 37 ans.

Après une semaine d’incertitude et de pressions de son entourage et de la rue, le président de 93 ans a fini par démissionner, passant les rênes du pays à M. Mnangagwa, un autre ancien combattant de la guerre d’indépendance. L’homme de 75 ans hérite d’une situation économique catastrophique en attendant les élections, prévues pour l’année prochaine.


15. La violence au Mexique

Des femmes pleurent derrière un ruban jaune de la police.Des proches d’une victime de meurtre à côté de l'endroit où quatre personnes ont été tuées, à Ciudad Juarez, au Mexique, le 6 décembre 2017. Photo : Reuters / Jose Luis Gonzalez

2017 sera une année record pour les assassinats au Mexique avec 24 000 personnes tuées entre janvier et octobre, soit plus que les 23 000 pour toute l’année 2016. Quelque 2371 personnes ont été assassinées en octobre seulement, ce qui représente 89 personnes par jour ou 4 à l’heure.

La grande majorité de ces meurtres sont commis par les cartels de la drogue qui sévissent un peu partout au pays. D’ailleurs, tous les délits sont en hausse, qu’il s’agisse de vols de voiture, d’extorsions, d’enlèvements ou de voies de fait.

En outre, depuis 2011, 106 défenseurs des droits de l’homme ont été tués et 81 ont disparu, alors que 36 journalistes ont été assassinés.

Le successeur du président, Enrique Pena Nieto, dont le mandat se termine en juin, aura donc du pain sur la planche pour remettre le pays sur la bonne voie.

International