•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La consommation d’alcool et de drogues chez les ados à un taux historiquement bas

Des jeunes hommes boivent de la bière.
Des jeunes hommes boivent de la bière. Photo: CBC
Radio-Canada

Les adolescents ontariens boivent, fument et consomment de la marijuana moins que quiconque depuis les années 1970. C'est ce que révèle un sondage du Centre de toxicomanie et de santé mentale publié jeudi.

Les élèves qui sont aux études entre la 7e et la 12e année consomment moins d’alcool que les années précédentes : à son plus haut, le taux d’adolescents ayant rapporté avoir déjà bu de l’alcool s’établissait à 66 %. Il est de 43 % aujourd’hui.

7 % des jeunes répondants affirment avoir déjà fumé la cigarette, et 19 % ont déjà consommé du cannabis. 37 % des élèves de 12e année disent avoir déjà consommé de la marijuana.

Le sondage de 2017 révèle cependant une donnée choquante : près d’1 % des répondants en 9e, 10e, 11e et 12e années affirment avoir déjà consommé du fentanyl.

Selon le Dr. Robert Mann, qui travaille au Centre de toxicomanie et de santé mentale, le déclin de la consommation chez les jeunes signifie que le message de la santé publique sur les effets néfastes de ces substances se rend aux oreilles des jeunes.

Le Dr. Mann rapporte également que les jeunes commencent à consommer plus tard dans leur vie. « Et c'est très positif parce que nous savons que les jeunes qui commencent à consommer de l'alcool et d'autres drogues plus tard dans leur vie sont moins susceptibles de développer des problèmes, aujourd’hui ou plus tard dans leur vie. »

Si les effets de la légalisation de la marijuana chez les jeunes continuent d’alimenter les débats, les jeunes eux-mêmes ne semblent pas s’en inquiéter. Seulement 4 % des répondants affirment avoir l’intention de consommer plus de cannabis une fois qu’il sera légal.

11 435 jeunes ont répondu au sondage, sur 917 000 élèves.

Il s’agissait de la première année où les élèves répondaient à une question sur leur consommation de fentanyl. Si un peu moins d’un pourcent des élèves en ont consommé, ça signifie qu’environ 5800 adolescents en Ontario ont pris de cet opioïde. « C’est peu, mais c’est une drogue très dangereuse et ces gens prennent un risque incroyable en en prenant », explique le Dr. Mann. « Une très, très petite quantité peut donner une surdose », dit-il.

Finalement, la conduite sous l’effet de l’alcool a presque disparu. « Dans les années 70, environ 50 % des élèves en 11e année avaient rapporté avoir déjà pris le volant après avoir consommé de l’alcool. Aujourd’hui, on parle de 4 %. »

Toronto

Santé publique