•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le nombre d'aides médicales à mourir administrées en hausse au CIUSSS de l'Estrie-CHUS

Quelqu'un tient la main d'un patient alité portant une jaquette d'hôpital.
Lorsque vous signez le formulaire de directives médicales anticipées, on présume que vous avez l’information pour prendre une décision éclairée, explique Audrey Ferron Parayre. Photo: iStock
Radio-Canada

Selon les données préliminaires déposées lors du conseil d'administration du CIUSSS de l'Estrie-CHUS mercredi, 19 personnes de plus ont reçu l'aide médicale à mourir en 2017 par rapport à 2016.

C'est ce qui ressort du Rapport du CIUSSS qui sera déposé à la Commission sur les soins de fin de vie au cours des prochains jours. Les données obtenues par Radio-Canada Estrie se terminent au 30 novembre 2017, mais la cueillette devait se poursuivre jusqu'au 10 décembre 2017 ce qui explique que les résultats soient préliminaires.

Au total, du 10 décembre 2015 au 10 décembre 2016, 27 personnes avaient reçu l'aide médicale à mourir. Toutefois, 37 personnes avaient formulé le souhait de mettre fin à leurs souffrances. Pour expliquer le refus des 10 demandes, les raisons inscrites dans le rapport font mention de personnes jugées inaptes, de patients qui ont changé d’idée, de décès avant le soin ou de critères non rencontrés.

Pour la période du 10 décembre 2016 au 30 novembre 2017, l'aide médicale à mourir avait été administrée à 46 personnes et 69 patients en avaient fait la demande. Les motifs de refus sont sensiblement les mêmes : patients non admissibles, personnes devenues inaptes, changement d'avis et décès avant le soin.

Estrie

Aide médicale à mourir