•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus de maisons, plus de gros véhicules, plus d'énergie consommée au Québec

Reportage de Catherine Kovacs et entrevue avec Pierre-Olivier Pineau, coauteur du rapport « L’état de l’énergie du Québec 2018 »

Au Québec, les maisons et les voitures sont de plus en plus grosses, de plus en plus vides et de plus en plus nombreuses. C'est pourquoi nous ne réduisons pas notre consommation d'énergie, peut-on lire dans un rapport rendu public mercredi.

Un texte de Julien McEvoy

Ces constats émanent du quatrième État de l'énergie au Québec, publié mercredi par Pierre-Olivier Pineau et Johanne Whitmore, de la Chaire de gestion du secteur de l'énergie, à HEC Montréal.

« Je n’ai pas de messages très optimistes aujourd’hui, lance d’emblée M. Pineau. Quand on regarde les tendances, on ne se dirige pas vers des solutions. Notre rapport n’apporte pas beaucoup de nouveautés, mais c’est important de faire des constats à intervalle régulier, et c’est pour ça qu’on le fait. »

Le document (Nouvelle fenêtre) de 52 pages brosse le portrait du système énergétique du Québec, de la transformation à la consommation, en passant par le transport.

Il s’agit d’un bilan facile à lire, ce qui n’est pas le fruit du hasard. Pour le professeur Pineau, il est important que tout le monde puisse comprendre ce qu’on y trouve.

« Souvent, quand on parle du secteur de l’énergie, on pense à la production de pétrole, d’électricité et de gaz naturel. On oublie qu’à l’autre bout de la chaîne, il y a les consommateurs et nos façons de consommer l’énergie. C’est pour ça qu’on essaie d’avoir une approche systémique. »

Deux constats qui se confirment

Les auteurs du bilan avaient déjà noté, l’an dernier, que les Québécois achètent plus de camions légers que de voitures. À ce sujet, il y a « tristement » très peu de choses qui ont changé, dit M. Pineau.

En 2016, les Québécois ont en effet dépensé 11 milliards pour des VUS et des minifourgonnettes neuves, contre 5,5 milliards pour des voitures neuves. La tendance s’observe aussi sur le nombre d’unités vendues.

Évolution des dépenses liées aux ventes de véhicules et du nombre de camions et de voitures vendus au Québec, de 1990 à 2016 (Source : Statistique Canada, tableau CANSIM 079-0003)Évolution des dépenses liées aux ventes de véhicules et du nombre de camions et de voitures vendus au Québec, de 1990 à 2016 (Source : Statistique Canada, tableau CANSIM 079-0003) Photo : Image tirée du bilan

« L’évolution est dans la mauvaise direction. On a vendu plus d’essence au Québec en 2016, comme en 2017 [par rapport à l’année précédente] , les émissions de gaz à effet de serre ne diminuent pas, alors qu’on devrait être sur une trajectoire de très nette diminution pour atteindre nos cibles de 2020 et de 2030. »

L’autre aspect sur lequel insiste le professeur est la taille de nos maisons. Depuis 25 ans, elles ont gagné près de 20 % de superficie habitable. Il y a aussi près de 20 % plus de maisons par 1000 habitants au Québec.

« De moins en moins de gens habitent dans les maisons, puisqu’il y a de moins en moins de monde par pied carré, dit-il. C’est une grande absurdité! Je veux bien croire qu’on est confortables dans de grandes maisons, mais si elles sont de plus en plus vides, il y a un côté absurde à chauffer tout ça. »

Évolution de la superficie de plancher et du nombre de logements par 1000 habitants, de 1990 à 1994 (Source : OEÉ, 2017)Évolution de la superficie de plancher et du nombre de logements par 1000 habitants, de 1990 à 1994 (Source : OEÉ, 2017) Photo : Image tirée du bilan

Les solutions

Il existe donc au Québec un décalage entre les comportements et les objectifs de réduction des GES. De nombreux pays arrivent, par exemple, à mettre en place des politiques qui découragent l’achat d’un gros véhicule, lance M. Pineau.

« Ce qui est positif », c’est que Québec a mis sur pied Transition énergétique Québec (TEQ) en 2017, un organisme qui collaborera d’ailleurs aux prochaines éditions de l’État de l’énergie au Québec, a annoncé le ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles, Pierre Moreau, mercredi.

Il existe une volonté gouvernementale de faire des choses, dit M. Pineau, mais rien de concret pour l’instant.

TEQ doit annoncer un plan directeur au printemps prochain.

« Ils devraient inclure des programmes qui vont nous aider à atteindre nos cibles, explique M. Pineau. Est-ce que TEQ va livrer la marchandise et nous permettre de faire les choses qu’on doit faire ? Ce sera à surveiller. »

Énergie

Économie