•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Géminides, un spectacle dans le ciel cette nuit

Un ciel plein d'étoiles, dont certaines filantes

Des Géminides en décembre à Springville, Alaska

Photo : La Presse canadienne / AP/Mark Almond/AL.com

Radio-Canada

Ciel dégagé la nuit prochaine? Bien habillé, ne manquez pas le spectacle céleste des Géminides, une pluie d'étoiles filantes encore plus belle que celle des Perséides d'août. Voici ce qui se passera ce soir.

Un texte d'Eve Christian

La plupart des pluies d’étoiles filantes sont alimentées par des poussières provenant de comètes qui fondent en approchant du Soleil. Les Géminides, elles, proviennent d’un objet rocheux, 3200 Phaéton, qui ressemble à un astéroïde.

Découverte en 1983, cette grosse roche de 5 km de diamètre se serait détachée de l’astéroïde Pallas, lui-même mesurant 544 km; le résultat de cette séparation serait à l’origine de la pluie de Géminides.

Mais tout ça n’est pas prouvé, car quand on observe les orbites des météorites des Géminides, on constate que ces derniers semblent avoir été éjectés de Phaéton alors qu’il passait près du Soleil et non lors de son détachement de Pallas.

Encore là, c'est douteux, car la quantité de poussière qu’éjecterait Phaéton ne serait pas assez importante pour créer une pluie d’une telle abondance chaque année. Le mystère reste donc complet.

Cependant, une découverte récente, permettant de conclure que certains astéroïdes ne sont que des agglomérats de roches peu compactées, expliquerait comment un tel objet pourrait alimenter en poussière une pluie d’étoiles filantes.

Phaéton accomplissant une révolution autour du Soleil tous les 523 jours, il regarnit continuellement l’essaim de poussières des Géminides.

Chaque année, vers la mi-décembre, la Terre repasse tout près de l’orbite de Phaéton, dont le sillage est jonché de milliards de particules; c'est ce qui donne cette fameuse pluie de météores.

Une étoile qui file?

Pas vraiment. Lorsque les météoroïdes entrent dans l’atmosphère, ils laissent derrière eux une traînée lumineuse de gaz ionisés qu'on appelle « étoiles filantes ».

Les Géminides ont une vitesse moyenne de 36 km/sec, environ la moitié de celle des Perséides, ce qui leur donne une couleur jaunâtre.

Le radiant, l’endroit dans le ciel d’où semblent provenir les météores, est situé dans la constellation des Gémeaux, très haute vers le sud, près des étoiles brillantes Castor et Pollux. Mais pour apercevoir des météores, pas nécessaire de fixer le radiant; elles sont partout dans le ciel. Si elles sont des Géminides, on pourra alors retracer leurs traînées au radiant.

Cette année, à la mi-décembre, les conditions sont réunies pour un grand spectacle, puisque la Lune décroissante ne se lève qu’en fin de nuit; elle ne gênera donc pas les observations.

Le maximum des Géminides est prévu vers 1 h 30 dans la nuit du 13 au 14. Les experts prévoient qu'une observation faite dans un endroit exempt de pollution lumineuse permettrait d'en voir une centaine à l'heure, si le ciel est sans nuage, évidemment! Habillez-vous très chaudement et sortez votre liste de vœux pour la fin de l’année!

C'est nuageux chez vous? Il fait trop froid? Voici où observer en direct ce soir sur les sites de Slooh (Nouvelle fenêtre) ou du télescope virtuel (Nouvelle fenêtre).

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Astronomie

Science