•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La centrale et le poste de police évalués comme des édifices à bureaux

Plaques d’adresses de la centrale de police et de la Cour municipale du parc Victoria, à Québec

Le poste de police et la Cour municipale du parc Victoria seront déménagés dans deux édifices distincts.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

L'administration Labeaume n'a pas tenu compte des exigences en matière de sécurité propres aux bâtiments abritant des forces policières, notamment l'aménagement d'espaces de détention, dans son évaluation des coûts pour la construction d'une nouvelle centrale et d'un poste de quartier au centre-ville.

Un texte de Louis Gagné

La facture du redéploiement des effectifs policiers est passée de 40 à 72 millions de dollars.

Le vice-président du comité exécutif à la Ville de Québec, Jonatan Julien, a expliqué mercredi que l’évaluation des coûts avait été faite en se basant sur le prix au mètre carré d'un immeuble de bureaux conventionnel.

« Un coût de construction pour du bureau, on parle habituellement de 4000 $ du mètre carré. Naturellement, ici, il y a des éléments spécifiques, soit la détention, qui sont beaucoup plus dispendieux du mètre carré », a mentionné M. Julien lors d’une séance du comité plénier portant sur l’étude du budget 2018.

Le redéploiement policier prévoit la construction d’une nouvelle centrale d’une superficie de 11 050 mètres carrés dans le secteur Lebourgneuf. Elle remplacera l’actuelle centrale du parc Victoria, devenue désuète.

Un poste de proximité sera également aménagé à l’intérieur de l’édifice F.-X. Drolet, dans le quartier Saint-Roch. Le bâtiment de 450 mètres carrés abritera la Cour municipale ainsi qu’un centre de détention temporaire.

Une facture encore plus élevée?

Les coûts du redéploiement des effectifs policiers pourraient encore augmenter. Le chef du Service de police de la Ville de Québec aimerait que la future centrale du secteur Lebourgneuf soit munie d’un stationnement couvert.

Robert Pigeon est conscient qu’un tel ajout aurait un impact sur le portefeuille des contribuables. Il estime néanmoins que le temps que perdent les policiers à déneiger et déglacer leurs véhicules l’hiver justifie la construction d’un stationnement couvert.

« Si on veut s’améliorer, si on veut du temps de patrouille le matin, avec les hivers qu’on a, la glace, le verglas. Envoyer les patrouilleurs plus rapidement sur le terrain, c’est quelque chose que j’aimerais bien », a indiqué M. Pigeon.

Avec les informations d’Olivier Lemieux

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Société