•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvelle coopérative de crédit avec le Mouvement Desjardins et Credit Union Saskatchewan

Le président et chef de la direction du Mouvement Desjardins, Guy Cormier

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

La Presse canadienne

Le Mouvement Desjardins souhaite accroître sa présence dans le secteur de la gestion de patrimoine à l'extérieur du Québec en s'alliant à d'autres partenaires du milieu coopératif, afin de mettre sur pied une nouvelle société. Cette transaction entraînera la création de l'une des sociétés indépendantes de gestion de patrimoine les plus importantes au Canada.

Patrimoine Aviso, dont la création a été annoncée mardi, sera détenue à 50 % par la coopérative québécoise Desjardins. Le Groupe Cumis et un groupe de cinq centrales provinciales coopératives, dont Credit Union Saskatchewan, détiendront chacun 25 %.

L'entité regroupera notamment les filiales de courtage en ligne Qtrade et Placements NEI de Desjardins afin de gérer des actifs de plus de 55 milliards de dollars, en plus de compter quelque 500 000 clients à l'échelle nationale.

Selon le président et chef de la direction du Mouvement Desjardins, Guy Cormier, ce partenariat est le fruit de discussions qui se sont échelonnées sur environ six mois entre les partenaires concernés.

Plutôt que de continuer à travailler de façon isolée, les partenaires ont décidé de faire front commun, a-t-il ajouté au cours d'une entrevue téléphonique avec La Presse canadienne.

Nos filiales sont déjà rentables, mais nous avons tenu compte de la concurrence féroce dans le secteur de la gestion de patrimoine. Nous pouvions essayer de continuer de façon indépendante ou créer une nouvelle plateforme.

Guy Cormier, président et chef à la direction du Mouvement Desjardins

En plus de mettre au point de nouveaux produits, Patrimoine Aviso offrira, dans des coopératives financières situées à l'extérieur du Québec, des produits et services figurant déjà dans l'offre de Qtrade et Placements NEI.

M. Cormier a expliqué que cette alliance sera moins visible au Québec, en raison de la forte présence du réseau des caisses dans la province.

« Dans notre planification stratégique pour 2020, nous avions été clairs dans notre volonté de prendre de l'expansion dans le Canada dans les secteurs de l'assurance de dommage, de la gestion de patrimoine et du paiement », a-t-il dit. « Notre partenariat nous rapproche de notre objectif. »

Au terme des neuf premiers mois de l'année, les excédents nets de Desjardins générés par le secteur de la gestion de patrimoine et de l'assurance de personnes étaient de 121 millions de dollars, en recul de 4 % par rapport à il y a un an.

Quelque 300 employés de Desjardins qui oeuvrent actuellement au sein des filiales Qtrade et Placements NEI seront désormais à l'emploi de Patrimoine Aviso. Entre 20 et 25 milliards d'actifs gérés par la coopérative se retrouveront au sein de la nouvelle société.

Patrimoine Aviso sera dirigée par Bill Packham, qui est actuellement aux commandes de Qtrade.

Pas de grand changement en Saskatchewan

Selon le président-directeur général de Credit Union Saskatchewan, Keith Nixon, il n'y aura pas de nouvel emploi immédiatement dans la province. Mais comme l'objectif est la croissance, ce regroupement pourrait mener à des ouvertures de postes à l'avenir, d'après Keith Nixon.

Photo corporative de Keith Nixon, homme en costume sur fond bleu.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Pour Keith Nixon, président-directeur général de Saskatchewan Credit Unions, les changements s'observeront à long terme.

Photo : Keith Nixon

Au long terme, la société Patrimoine Aviso pourra offrir des frais de gestion plus bas grâce aux économies d'échelle générées par le regroupement.

Une décision peu surprenante

Desjardins affirme depuis plusieurs années son désir de prendre de l'expansion au Canada anglais, indique Jean Roy, professeur titulaire au département de Finance de l'École des hautes études commerciales de Montréal.

Mais pour éviter d'entrer en compétition directe avec les coopératives du Canada anglais, la solution logique était de s'allier, explique-t-il.

Le mouvement coopératif anglophone est beaucoup plus morcelé. Ce sont de plus petites entités qui ont besoin d'acquérir de la masse critique, donc l'alliance avec Desjardins est très naturelle.

Jean Roy, professeur titulaire au Département de finance de l'École des hautes études commerciales de Montréal

Jean Roy croit aussi que cette alliance permettra d'offrir de nouveaux produits comme des robots conseillers : des algorithmes qui développent un portefeuille financier sur mesure, selon le profil de l'investisseur.

Une entreprise pancanadienne

Bien que la participation de Desjardins soit de 50 %, la nouvelle société spécialisée dans la gestion de patrimoine sera dirigée à partir de Toronto par Bill Packham. Elle aura aussi un bureau principal à Vancouver et des bureaux régionaux partout au pays.

« C'est une entreprise pancanadienne et chez Desjardins, notre siège social est déjà au Québec, » a dit M. Cormier. « Nous sommes dans une situation où l'on souhaitait que tous les partenaires aient le sentiment que cette entreprise leur appartient. »

La clôture de cette transaction, qui doit obtenir l'aval des autorités réglementaires, est prévue au premier trimestre.

Avec un actif de 276,3 milliards de dollars, Desjardins est le premier groupe financier coopératif au pays et se présente comme le cinquième en importance dans le monde.

Saskatchewan

Économie