•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec dévoile une première stratégie numérique

Une prise qui permet d'accéder à Internet.
Un câble branché Photo: Shutterstock / Shutterstock/Denis Rozhnovsky
Radio-Canada

Québec a dévoilé mercredi les grandes lignes d'une première stratégie numérique qui doit entraîner des investissements publics de 1,5 milliard de dollars sur les cinq prochaines années. Si les grands objectifs ont été dévoilés, les moyens pour y parvenir doivent toutefois encore être précisés.

Concoctée par la ministre de l’Économie, Dominique Anglade, après des consultations citoyennes qui se sont étalées sur des mois, la stratégie vise à faire du Québec un leader en matière numérique et à améliorer la qualité de vie de tout un chacun, selon ce qui a été dévoilé lors d'une conférence de presse réunissant plusieurs ministres au Musée de la civilisation, à Québec.

Elle se décline plus précisément en sept objectifs, assortis de cibles précises, que le gouvernement vise à atteindre d’ici cinq ans :

  • que 100 % des citoyens aient accès à des services Internet haut débit et que plus de 90 % d’entre eux aient accès à des services Internet fixes très haut débit d’au moins 100 mégabits par seconde (Mbps) en téléchargement et 20 Mbps en téléversement;
  • que tous les citoyens développent davantage de compétences numériques de manière à ce que le Québec figure parmi les chefs de file de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) en matière numérique;
  • que 90 % de la mise en œuvre de l’orientation sur l’administration publique de la Stratégie numérique soit réalisée;
  • qu’au moins 75 % des citoyens bénéficient de la transformation numérique des municipalités;
  • que l’ensemble des entreprises québécoises rehaussent leur intensité numérique de 50 % [selon Québec, l’intensité numérique mesure le niveau des actifs numériques, l’usage de certaines technologies et le recours au commerce en ligne, NDLR];
  • que 100 % des citoyens puissent interagir de façon numérique avec le réseau de la santé et des services sociaux et ses professionnels;
  • que l’offre culturelle québécoise soit davantage visible et consultée sur les réseaux numériques.

La ministre Anglade avait cependant peu de détails à annoncer sur les moyens qui seront mis en œuvre pour atteindre ces objectifs.

Elle a par exemple indiqué qu’un plan pour la transformation au sein du gouvernement sera présenté et qu’un appel de projets pour accroître les interactions numériques avec les municipalités sera présenté l’an prochain.

D’autres outils visant à accroître les interactions des citoyens avec le réseau de la santé et un plan visant à bonifier l’offre culturelle en ligne doivent aussi être divulgués en 2018.

« Ce qu’on fait, c’est le cadre du casse-tête. Ce que l’on ne voulait pas faire, c’est avoir des morceaux de casse-tête qui se promènent un peu partout. [ …] Aujourd’hui, on définit le cadre du casse-tête, à l’intérieur duquel il y a déjà des gros morceaux », a expliqué la ministre. « Et au fur et à mesure, on remplit ce casse-tête pour nous assurer d’être réellement un leader au niveau numérique. »

Le gouvernement doit se transformer, et le gouvernement doit agir comme moteur de transformation pour l’ensemble de la société.

Dominique Anglade

Mme Anglade a par ailleurs confirmé que le programme Québec branché, qui vise à améliorer l'accès à Internet en région, est bonifié de 200 millions de dollars, comme cela avait été annoncé dans la mise à jour économique du gouvernement, en novembre. Une première tranche de 100 M$ avait été annoncée l'an dernier.

« Ça représente 1,5 milliard d’investissements publics sur les cinq prochaines années, dont 500 M$ ont déjà été annoncés au cours des derniers mois » a résumé le premier ministre Philippe Couillard, présent pour l’occasion. « Donc, il y a encore un milliard d’autres sommes à déployer sur les cinq prochaines années », a-t-il poursuivi. « Donc, les moyens suivent les intentions. »

Cette question-là est importante et stratégique pour le Québec. Ce n’est pas un luxe, ce n’est pas une option, c’est une nécessité absolue de rendre le Québec au même niveau, et même en avant des autres sociétés industrialisées, sur la question de l’adoption du numérique.

Philippe Couillard

Le gouvernement a aussi annoncé la création d'un Conseil du numérique, chargé de suivre la mise en oeuvre des orientations.

Politique provinciale

Politique