•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jason Nixon a licencié une femme après une plainte pour harcèlement sexuel

Jason Nixon, le chef du caucus du Parti conservateur uni à l'Assemblée législative.

Jason Nixon, le chef du caucus du Parti conservateur uni à l'Assemblée législative.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La première ministre de l'Alberta, Rachel Notley, a demandé au chef du Parti conservateur uni, Jason Kenney, de destituer Jason Nixon. Dans une affaire remontant à 2005, le chef du caucus conservateur avait congédié une femme qui travaillait pour son entreprise après que celle-ci eut porté plainte pour harcèlement sexuel.

Rachel Notley a déclaré qu’il est insensé pour Jason Nixon de s'opposer à la nécessité pour l’Alberta de mettre en place des politiques de harcèlement en milieu de travail, quand, dans son cas, il n'a pas été en mesure de faire la bonne chose.

« Pour lui, le fait de venir à la Chambre et dire qu'il croit que l'industrie va toujours faire la bonne chose est incroyablement malhonnête. »

— Une citation de  Rachel Notley, première ministre de l'Alberta

Le projet de loi 30 visant à protéger la santé et le bien-être des travailleurs albertains a été présenté à l'Assemblée législative de l'Alberta le mois dernier.

Le projet de loi prévoit que les employeurs et les superviseurs soient tenus de prendre des mesures pour prévenir le harcèlement et la violence au travail.

Il serait ainsi interdit aux travailleurs de se livrer à des actes de harcèlement, d'intimidation ou de violence.

Rachel Notley estime que Jason Kenney doit se prononcer sur les agissements de son porte-parole politique, et demande s’il avait toujours été au courant de cette affaire et l’avait simplement ignorée, ou si ce n’est pas le cas, ce qu’il compte faire à présent.

Tribunal des droits de la personne

Le 30 décembre 2008, le Tribunal des droits de la personne de la Colombie-Britannique a rendu publique une décision par rapport à des actes s'étant déroulés sur le chantier d'un projet immobilier à Kelowna. La société Nixon Safety Consulting appartenant à M. Nixon et les constructeurs Navigator et Con-Forte étaient concernés.

Un contracteur indépendant, du nom de Greg Ford, était également cité.

Le tribunal a conclu que l'entreprise de M. Nixon avait limogé son agente de sécurité, Kori Harrison, en décembre 2005, après que celle-ci eut porté plainte contre Greg Ford pour harcèlement sexuel.

« Nixon Safety Consulting a mis fin à son emploi à la demande de Navigator, et avec l'approbation tacite de Con-Forte. »

— Une citation de  Kurt Neuenfeldt, arbitre dans la décision du tribunal

Les faits, selon le rapport

Kori Harrison, qui avait 27 ans à l'époque, a déclaré que Greg Ford lui avait donné une tape sur les fesses et fait des propositions.

Greg Ford lui a également offert de la marijuana, de la lingerie et des pneus de camion en échange de relations sexuelles, selon le tribunal. Elle a, de plus, été encouragée à s'habiller de manière plus sexy pendant qu'elle travaillait sur un chantier de construction.

Le tribunal a aussi mentionné que Greg Ford, qui était le superviseur de Mme Harrison, a regardé de la pornographie sur un ordinateur de travail et lui a demandé de regarder avec lui au moins une fois.

L'arbitre de grief, Kurt Neuenfeldt, avait noté dans son rapport que Kori Harrison avait raconté à M. Nixon ce qui s'était passé avec M. Ford, notamment le fait qu'il l'avait touchée et lui avait fait des propositions.

Il ajoute que, à la fin de la conversation, M. Nixon lui a demandé de lui envoyer un courriel à propos de ce qui se passait, car il avait besoin d'avoir quelque chose par écrit.

L'arbitre a indiqué que M. Nixon avait dit à la plaignante que ce genre de choses ne peut être toléré. Il lui aurait aussi dit de ne pas aller au travail le lendemain et qu'il l'appellerait.

Selon le rapport du tribunal, le 20 décembre 2005, Kori Harrison a reçu une lettre de Jason Nixon, l'informant que ses services n'étaient plus nécessaires.

Cette lettre a été citée dans le rapport : « Nous vous écrivons pour vous informer qu'à partir du 1er janvier 2006 nous n'aurons plus besoin de vos services sur The Lofts Project. Au cours des dernières semaines, il est devenu évident que vous ne cadrez pas avec le rôle dont nous avons besoin pour The Lofts Project, et après examen avec notre client Navigator Development, il est clair que vous ne répondez pas aux exigences du poste de conseiller en sécurité du chantier pour le projet. »

Kori Harrison a reçu une indemnité de 32 000 $ pour dommages et pertes de salaire.

CBC a communiqué avec Jason Kenney et Jason Nixon pour obtenir leurs commentaires, mais n'a pas réussi à les avoir.

Jason Nixon, le député provincial de Rimbey-Rocky Mountain House-Sundre, a déclaré lundi au Journal d’Edmonton qu'il aurait réglé la situation différemment aujourd'hui et qu'il aurait résisté à l'appel de Navigator Development visant à renvoyer son employée du chantier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !