•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le futur commissaire à l'éthique refuse de s'engager à finir le travail de sa prédécesseure

Mario Dion, futur commissaire aux conflits d'intérêts et à l'éthique à Ottawa.

Mario Dion comparaissait devant un comité des Communes.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le futur commissaire aux conflits d'intérêts et à l'éthique, Mario Dion, ne s'engage pas à mener à terme les enquêtes instituées par sa prédécesseure, Mary Dawson, malgré l'insistance des députés conservateurs et néo-démocrates qui l'ont interrogé lors de son passage devant un comité des Communes.

Le candidat proposé par le gouvernement libéral de Justin Trudeau s'est contenté de dire qu'il étudierait les dossiers amorcés par Mme Dawson, mais qu'il ne pouvait s'engager à terminer des enquêtes dont il ignore les détails.

Devant l’insistance du député du Nouveau Parti démocratique (NPD) Nathan Cullen, qui a précisé que des enquêtes étaient en cours sur le premier ministre Trudeau et le ministre des Finances, Bill Morneau, M. Dion s’est engagé à prendre connaissance des dossiers avant de prendre une décision et qu'il n'était pas le genre de personne à « abandonner complètement une enquête sans raison ».

M. Dion a indiqué qu'une des premières choses qu'il ferait serait d'examiner la « genèse complète » de ces enquêtes.

Il a défendu son impartialité en précisant qu’il n’avait jamais détenu de carte d’aucun parti. « Je ne vote même pas toujours pour le même parti », a-t-il indiqué.

La commissaire sortante aux conflits d'intérêts et à l'éthique, Mary Dawson, se penche actuellement sur un voyage de Justin Trudeau lors des Fêtes de l'année dernière sur une île privée aux Bahamas appartenant à l'Aga Khan, philanthrope milliardaire et ami de la famille Trudeau.

Mme Dawson enquête aussi sur l'implication du ministre Morneau dans un projet de loi sur les retraites qui pourrait bénéficier à l'entreprise fondée par son père et dans laquelle il détenait des parts encore tout récemment.

Le mandat de Mme Dawson étant arrivé à terme, il n'y a aucune garantie que ces examens seront terminés avant son départ, et rien n'oblige son successeur à le faire.

Le NPD et le Parti conservateur ont tous deux exprimé leur frustration de ne pas avoir été consultés dans le remplacement de Mary Dawson.

La loi requiert de consulter les autres partis dans la sélection du candidat, or aucun parti n’a été consulté dans cette affaire.

Une citation de : Nathan Cullen, porte-parole néo-démocrate en matière d'éthique

Les députés fédéraux ont eu quelques minutes chacun devant le comité pour questionner le candidat.

« J’ai sept minutes pour décider si on doit vous embaucher ou non, a relevé M. Cullen. Je trouve que c’est un étrange scénario. »

Mme Dawson a été la seule titulaire du poste de commissaire aux conflits d'intérêts et à l'éthique depuis sa création en 2007. Son mandat de sept ans venait à échéance en 2014, mais il a été prolongé à plusieurs reprises.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !