•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Payer le prix fort pour prendre l'avion pendant les Fêtes

Décollage d'un avion

Décollage d'un avion

Photo : getty images/istockphoto / IlkerErgun

Marie-Pier Mercier

Le Canada est l'un des pays au monde où il coûte le plus cher de voyager, une réalité qui s'accentue pendant le temps des Fêtes, lorsque des milliers de déracinés s'envolent des quatre coins du pays pour visiter leurs proches. Le grand achalandage, la faible démographie et l'étendue du territoire expliquent en partie ces prix.

Cynthia Kirouac est originaire de Saint-Malachie, au Québec, mais vit à Wainwright, en Alberta, depuis près de deux ans avec son conjoint militaire. La famille de quatre prendra la route pour le Québec pour permettre à leurs proches de rencontrer pour la première fois le petit William, né il y a quelques mois.

« Ça nous coûte moins cher de faire le voyage en auto en additionnant l’essence, les chambres d’hôtel et la nourriture que trois billets d’avion », explique Cynthia Kirouac.

Si la famille économise un bon montant d’argent en faisant le voyage en voiture, c’est plutôt le temps qui leur coûte cher.

Cynthia KirouacAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Cynthia Kirouac

Photo : Radio-Canada / Richard Marion

Nous prévoyons 10 jours de route sur nos vacances de quatre semaines, mais c’est le prix à payer si nous voulons passer les Fêtes avec les gens que nous aimons.

Cynthia Kirouac, résidente de Wainwright, en Alberta, originaire de Saint-Malachie, au Québec

Le gros prix, Simon Bourassa, lui, l’a payé de sa poche : le résident d’Edmonton, originaire de Trois-Rivières, au Québec, a déboursé 2000 $ pour faire l'aller-retour en avion avec son bébé d’un an et demi, du 16 au 28 décembre.

« C’est une situation frustrante. Mes parents ne rajeunissent pas. Disons que mon fils ne voit pas ses grands-parents aussi souvent que je voudrais », dit celui qui retourne dans sa famille tous les deux ans, les billets d’avion étant trop chers pour lui permettre d'y aller plus souvent.

« C’est une question d’offre et de demande », explique Richard Bartrem, vice-président aux communications de WestJet.

On voit évidemment que, durant les Fêtes, la demande est à la hausse. Normalement, dès qu’on voit une augmentation de la demande, les prix montent aussi.

Richard Bartrem, vice-président aux communications de WestJet

« Les profits que nous avons faits au cours des trois premiers trimestres de l’année 2017 sont seulement de 12 $ par passager », ajoute-t-il. « Nous voulons offrir une rentabilité à nos actionnaires, mais garder nos prix les plus bas possible. Toutefois, c’est évident que, durant les Fêtes, les Canadiens doivent payer plus. »

Les compagnies aériennes recommandent donc de réserver tôt pour obtenir les sièges les moins chers, surtout pendant les Fêtes, où les prix augmentent du début du mois de décembre jusqu’à la première semaine de janvier.

« J’ai pourtant réservé au mois de juillet, se défend Simon Bourassa. Je ne sais pas quel prix j’aurais payé si j’avais réservé plus tard. »

Les principaux transporteurs du pays conseillent aussi aux voyageurs d’être flexibles pour ce qui est des dates de départ et de retour.

« Ce n'est pas toujours évident! Certaines personnes peuvent jouer avec leur calendrier, mais ce n’est pas tous les employeurs et les métiers qui le permettent », ajoute M. Bourassa.

Pourquoi le Canada est-il si cher?

« Une partie du problème est lié à la géographie et à la démographie du pays », explique Jacques Roy, expert en gestion de transport à HEC Montréal. Le Canada est le deuxième pays au monde en superficie, mais il possède seulement une population de 36 millions d’habitants, ce qui est moins que l’État de la Californie.

Les aéroports canadiens facturent également aux compagnies aériennes des frais d’atterrissage parmi les plus élevés au monde.

« La petite taille du marché sur un grand territoire et les frais élevés dans les aéroports peuvent décourager de nouveaux transporteurs de s’établir au Canada », ajoute Jacques Roy.

Deux compagnies aériennes dominent donc le marché canadien, ce qui laisse très peu de place à la concurrence.

WestJet et Air Canada gardent leurs prix élevés sans avoir peur de la compétition.

Michel Archambault, professeur émérite en tourisme à l'UQAM

Un autre élément qui n'aide pas à élargir l'offre, c'est qu'une entreprise doit être canadienne pour offrir des vols intérieurs.

C’est pour cette raison que ça coûte souvent moins cher de voyager vers l'étranger, la compétition étant plus forte. « À l’international, il y a beaucoup plus de choix, il y a plein de transporteurs qui peuvent vous y amener », explique Michel Archambault, professeur émérite en tourisme à l'UQAM.

Ça coûte moins cher d'aller dans le Sud!

Simon Bourassa, Edmontonien originaire de Trois-Rivières au Québec

Une réalité qui pourrait changer

Avec sa Loi sur la modernisation des transports, le gouvernement fédéral veut libéraliser ses restrictions sur la propriété internationale des compagnies aériennes canadiennes.

La part provenant de l'étranger au sein du capital des transporteurs aériens passe ainsi de 25 % à 49 %, ce qui pourrait jouer un rôle important dans l'introduction et le succès des transporteurs à bas prix au Canada.

« En augmentant le seuil de propriété étrangère, le gouvernement fédéral se trouve à aider les nouveaux transporteurs à obtenir du financement étranger et justement réussir leur entrée sur le marché », affirme Jacques Roy.

Jacques Roy, expert en gestion de transport à HEC MontréalAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Jacques Roy

Photo : Radio-Canada

Idéalement, ça prendrait un troisième concurrent au Canada pour venir jouer sur les tarifs.

Jacques Roy, expert en gestion de transport à HEC Montréal

Transporteurs canadiens à bas prix attendus

Quelques nouveaux transporteurs essaient d’ailleurs de s’établir sur le marché canadien en proposant des tarifs plus abordables.

Un avion boeing de la compagnie SwoopAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Un avion boeing de la compagnie Swoop

Photo : WestJet

Il y a, entre autres, WestJet qui est en train de créer une filiale à bas tarif pour des vols intérieurs au Canada. Le service, nommé Swoop, commencera à offrir des vols au début de 2018.

Selon Richard Bartrem, les rabais sur les vols de cette ligne aérienne pourraient atteindre 40 % par rapport aux vols traditionnels.

Un avion JetlinesAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Un avion Jetlines

Photo : Canada Jetlines / Facebook

Jetlines Canada, établie à Vancouver, veut également commencer ses opérations au même moment et devenir la première compagnie aérienne à bas tarif au Canada. L’entreprise entend vendre ses billets d’avion au même prix qu’une paire de jeans, selon son directeur général, Stan Gadek.

Un avion d'Air Canada RougeAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Un avion d'Air Canada Rouge

Photo : Air Canada

La nouvelle filiale au rabais d'Air Canada, Air Canada Rouge, mène, quant à elle, ses activités surtout vers l'Europe et les Caraïbes, mais désire étendre son réseau intérieur.

Ces compagnies aériennes devront toutefois faire leur marque là où plusieurs ont échoué : Zoom Airlines, Roots Air, Greyhound Air, par exemple.

Elles devront également connaître une croissance importante pour offrir un réel impact dans la vie des Canadiens.

« Ces compagnies commencent souvent sur des marchés de niche, là où ils pensent être capables de tirer leur épingle du jeu, à l’est ou à l’ouest du pays. Il faut souvent être chanceux pour tomber sur un de ces vols », dit Jacques Roy.

La marche est donc très haute pour les nouveaux joueurs.

Jacques Roy, expert en gestion de transport à HEC Montréal

En attendant de savoir si ces entreprises aériennes seront vraiment en mesure de décoller, Cynthia Kirouac et Simon Bourassa espèrent grandement les voir atterrir dans le paysage canadien.

« Une occasion qui nous permettra de nous sentir moins loin de la maison dans ce grand pays », conclut Cynthia Kirouac.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Transports

Société