•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des transgenres dans l'armée américaine en janvier

Jennifer Sims montre son uniforme

La capitaine transgenre Jennifer Sims, de l'armée américaine

Photo : The Associated Press / Matthias Schrader

Radio-Canada

Les recrues ouvertement transgenres pourront dès le 1er janvier s'enrôler dans l'armée américaine. Colleen Kollar-Kotelly, une juge fédérale, a rejeté lundi un recours de l'administration Trump qui visait à repousser cette date.

Pour justifier leur demande, les avocats du gouvernement affirmaient que d’obliger l’armée à accepter les recrues transgenres demandait un tel changement dans les politiques qu’il pourrait conduire à « un impact négatif sur la capacité militaire ».

« Les défendeurs ont eu l'occasion de préparer l’entrée des individus transgenres dans l’armée depuis presque un an et demi. À la lumière du travail considérable qui a déjà été accompli, la cour n’est pas convaincue par la vague requête du gouvernement qu’un délai est encore nécessaire », a répondu pour sa part Mme Kollar-Kotelly dans son jugement.

En octobre, la juge avait bloqué une décision du président Trump, prise en août dernier, qui interdisait au Pentagone de recruter des personnes transgenres. Dans son jugement, elle avait indiqué que la décision du gouvernement Trump ne paraissait être étayée par aucun fait probant.

Le gouvernement avait alors fait appel de ce jugement et demandé de repousser la date de recrutement des transgenres dans l’armée jusqu’à ce que l’appel soit entendu.

Une décision de l'administration Obama

Ce recours de l’administration Trump vise à empêcher qu’entre en vigueur une décision prise en juin 2016 par l'administration de Barack Obama.

Selon les règles mises de l’avant par l’ancien gouvernement démocrate, l'armée aurait dû commencer à accueillir des recrues transgenres dès le 1er juillet 2017.

Mais fin juin, l'actuel ministre de la Défense, Jim Mattis, a repoussé cette échéance de six mois afin d'« évaluer l'impact » de cette intégration sur les forces armées.

Puis, en juillet, le président Trump a écrit sur Twitter que les personnes transgenres ne pourraient pas « servir dans une quelconque fonction dans l'armée américaine », une affirmation qu’il avait officialisée en août. Le document officiel indiquait aussi que l’armée ne devrait plus prendre en charge les traitements médicaux des militaires transgenres. M. Trump s’était alors justifié en évoquant le « fardeau des coûts médicaux énormes ».

L’armée américaine a en effet commencé le 1er octobre 2016 à assumer les coûts des traitements pour changer de sexe des militaires transgenres déjà engagés, en accord avec la nouvelle politique de l'administration Obama.

Avec les informations de Agence France-Presse, Associated Press, et Washington Post

International