•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Héros du sport : professeur de jour, entraîneur bénévole dévoué de soir

Un entraîneur bénévole dévoué

La cloche qui marque la fin des classes à 14 h 30 est attendue avec impatience le lundi après-midi à l'École élémentaire catholique Elda-Rouleau d'Alexandria. Dès qu'elle retentit, une cinquantaine d'élèves troquent leurs papiers et crayons pour leurs bâtons de hockey et leurs patins.

Un texte de Kim Vallière

À l’aréna les attend celui qu’ils appellent Monsieur Joanette. L’enseignant d’éducation physique, d’arts et d’études sociales porte aussi un autre chapeau. Une fois par semaine, après les heures de classe, il devient entraîneur bénévole pour le programme Hockey Plus.

« Il y en a qui payent pour aller au gym. Moi, c’est ma façon de me mettre en forme et, en même temps, je contribue à la participation des jeunes au hockey », explique le Franco-Ontarien Pascal Joanette.

Il passe deux heures sur la glace pendant les séances de Hockey Plus, en plus d’investir du temps dans la préparation des entraînements. Des exercices de patinage et de maniement de la rondelle sont au programme.

Certains participants n’ont jamais joué au hockey avant de participer à l’initiative de M. Joanette, tandis que d’autres jouent de façon compétitive au sein d’une équipe.

Une fois par semaine, après les heures de classe, Pascal Joanette devient entraîneur bénévole pour le programme Hockey Plus.Une fois par semaine, après les heures de classe, Pascal Joanette devient entraîneur bénévole pour le programme Hockey Plus. Photo : Radio-Canada / Kim Vallière

L'entraîneur consacre plus de 50 heures par année de bénévolat à ce projet, en plus de ses responsabilités à l’école et auprès de sa famille de quatre enfants.

Ce sont eux qui l’ont inspiré à commencer Hockey Plus il y a quatre ans. « Mes trois garçons jouaient au hockey dans des catégories différentes. Souvent, leurs parties étaient à l’extérieur. Je remarquais que je passais beaucoup de temps sur la route et très peu de temps avec mes enfants », raconte le père de famille.

Pour remédier à la situation, il a créé un moment pour que sa progéniture et les élèves de son école puissent jouer au hockey pour le plaisir, sans avoir à s’engager dans une équipe et investir de nombreuses heures chaque semaine.

Je suis fier du fait que ça a permis à des enfants qui n’avaient pas nécessairement les moyens, si leurs parents n’avaient pas le temps ou l’argent par exemple, de quand même jouer au hockey.

Pascal Joanette

Pour participer à Hockey Plus, les parents doivent débourser 60 dollars pour une dizaine de séances pendant l’année scolaire. Le prix inclut également le transport en autobus entre l’école et l’aréna Billy Gebbie.

Des gens de la communauté d’Alexandria offrent de payer ces frais et de fournir de l’équipement aux familles moins bien nanties.

« C’est une question de vitalité aussi à l’école », assure l’enseignant auprès des jeunes de la première à la troisième année, qui a à coeur le bien-être des élèves d’Alexandria. « Mon père m’a donné cet élément-là, de vouloir pratiquer le hockey. C’est à mon tour maintenant de vouloir donner ce que mon père m’a donné, mais pas juste à mes enfants, à ceux de ma communauté aussi. »

Ses protégés apprécient son dévouement sur la glace. « Il m’aide à devenir meilleur et il explique bien les choses », affirme Liam Vaillancourt, un élève de 5e année. « Il est gentil et il fait de bons exercices », réplique Sonny Pacaud, 10 ans.

La satisfaction des enfants motive Pascal Joanette et son équipe à poursuivre son initiative, même si ses enfants ont grandi et que seul son plus jeune peut encore participer à Hockey Plus.

« C’est sûr que c’est du temps supplémentaire, mais on aime ça », mentionne celui organise aussi le programme Soccer Plus lorsque le beau temps revient. « J’espère éventuellement que mes enfants voudront continuer ce que leur grand-père et leur père ont fait. »

Une tradition à poursuivre, question que les élèves de l’école Elda-Rouleau continuent de regarder l’horloge avec impatience, les lundis après-midi, pendant encore longtemps.

Ottawa-Gatineau

Hockey