•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cinq réalisateurs autochtones proposent de « décoloniser » le Canada

Photo : Brian Campbell

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

À quoi ressemblerait le Canada s'il n'avait pas été colonisé par les Européens? Des cinéastes autochtones se sont penchés sur la question dans une série de courts métrages produits par CBC.

Les cinéastes répondent ainsi à un appel à l'action de Buffy Sainte-Marie. Questionnée sur les célébrations du 150e anniversaire du Canada, la musicienne avait répondu qu’il fallait « rester calme et décoloniser » (« Keep calm and decolonize »), un jeu de mots faisant référence à l'affiche « Keep calm and carry on » (« Restez calme et continuez »).

Le militant autochtone Jesse Wente a été mandaté par la société d’État pour produire ces cinq films.

Dans son court métrage Flood, la cinéaste michif Amanda Strong a utilisé des marionnettes d'ombres et des animations en image par image (stop motion) pour raconter l'histoire de Thunder, une jeune Autochtone qui lutte contre l'influence des colons européens en Amérique du Nord.

Dans le film, le personnage de Spider Woman crée Thunder, dont le but est de repousser un flot de papiers créés par un esprit indestructible qui représente la domination coloniale. « C'est la métaphore de l'inondation, le flot de ces mensonges de l'histoire d'une certaine façon », explique-t-elle.

En plus de Flood, les films présentés par CBC sont Walking is Medicine d'Alanis Obomsawin, Marco's Oriental Noodles de Howie Shia, Pink: Diss de John Greyson, et Brave Overseas de Yung Chang.

Les films peuvent être regardés sur le site de CBC. (Nouvelle fenêtre)

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !