•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Gel et baisses de taxes à Québec pour 2018

l'hôtel de ville de Québec

L'hôtel de ville de Québec

Photo : Radio-Canada / Bruno Giguère

Radio-Canada

Les contribuables de Québec bénéficieront en 2018 d'un gel ou d'une légère baisse de leurs taxes résidentielles pour une deuxième année consécutive. Les commerçants de la capitale auront droit, pour leur part, à un peu de répit, l'administration Labeaume ayant respecté sa promesse de limiter l'augmentation de leur contribution à l'inflation.

Un texte de Louis Gagné

La Ville de Québec a présenté lundi son budget pour l’année 2018. La municipalité prévoit dépenser 1,438 milliard de dollars au cours de la prochaine année, une augmentation de 1,3 % par rapport à 2017.

Les dépenses administratives devraient s’élever à 826,8 millions, soit 57 % du budget total de la municipalité. Le service de la dette brute accaparera pour sa part 20 % du budget, pour un total 286,6 millions.

« Le budget a été élaboré en suivant notre mission première, soit d’assurer le développement cohérent du territoire, de favoriser la vitalité de notre collectivité, de fournir des services municipaux de qualité et de maintenir les équipements et les infrastructures publics en bon état », a déclaré le maire Régis Labeaume.


Point de presse avec André Legault, Jonatan Julien, Régis Labeaume et Chantal PineaultAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'administration Labeaume a présenté le budget 2018 pour la Ville de Québec

Photo : Radio-Canada / Régis Desrosiers

Gel des taxes résidentielles

La facture des contribuables demeurera inchangée en 2018. En tenant compte de l’ajustement de la contribution pour les dettes des anciennes villes, les résidents de certains secteurs verront même leur compte de taxes diminuer légèrement.

« La rigueur et le respect de la capacité de payer des contribuables guident notre action et font partie intégrante du budget 2018 », affirme le maire.

Variation du compte de taxes pour 2017

-Vanier : 0 % (gel)
-Sillery : - 0,04 %
-Lac-Saint-Charles : 0 % (gel)
-Charlesbourg : - 0,22 %
-Saint-Émile : - 0,07 %
-Beauport : - 0,25 %
-Sainte-Foy : - 0,68 %
-Ancienne ville de Québec : - 0,75 %
-Cap-Rouge : - 0,1 %
-Loretteville : - 0,31 %
-Val-Bélair : - 0,49 %

À défaut d’un gel, les commerçants connaîtront pour leur part une augmentation moins importante que lors des années précédentes. Les taxes non résidentielles augmenteront en moyenne de 1,7 %, un taux qui correspond à l’inflation projetée.

Le maire s’était engagé au cours de la dernière campagne électorale à ne pas augmenter les taxes commerciales au-delà de l’inflation.

Centre Vidéotron déficitaire

À noter que la Ville de Québec s’attend à ce que le Centre Vidéotron soit encore déficitaire en 2018. Elle a réservé un montant de 2,5 millions pour le remboursement du loyer que paie Québecor à la municipalité.

Rappelons que l’entente sur la gestion de l’amphithéâtre conclue en 2011 entre la Ville et Québecor prévoit qu’en cas de déficit, la municipalité assume la moitié des pertes, et ce, jusqu’à concurrence de 2,5 millions.

L’administration Labeaume prévoit malgré tout dégager un profit de 942 000 $, notamment grâce aux revenus de stationnement et à la redevance de 4 $ que touche la municipalité sur chaque billet vendu.

Le budget 2018 en bref :

  • 1438,4 M$ - Budget de fonctionnement 2018
  • 1577,9 M$ - Dette nette, en baisse de 1 % par rapport à 2017
  • 1689,8 M$ - Budget d’investissement PTI 2018-2020

Diversifier les revenus

Le maire a fait remarquer que 80 % des revenus de la Ville de Québec provenaient des taxes foncières, une proportion beaucoup trop élevée selon lui. Il croit que la légalisation imminente du cannabis représente une bonne occasion pour diminuer ce ratio.

« Il n’y a pas beaucoup de pays dans le monde où 80% des revenus municipaux viennent de la richesse foncière, a fait valoir Régis Labeaume. Nous autres, on veut un tiers […] des bénéfices, après amortissements évidemment, de la Société québécoise du cannabis, plus les taxes, TPS et TVQ. »

L’opposition avare de commentaires

Le nouveau chef de l’opposition à l’hôtel de ville de Québec, Jean-François Gosselin, a assisté à la présentation du budget. Il n’avait cependant pas de commentaire à formuler sur son contenu.

« Moi, je ne suis pas là pour vous dire où est-ce qu’il investit trop, où est-ce qu’il n’investit pas assez. Moi, je suis là pour vous dire qu’on va poser de questions. On vient de l’avoir, on vient d’en prendre connaissance », a-t-il réagi.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Politique municipale