•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Être gai et député en Alberta : encore bien des défis

Selon Michael Connolly, l'Alberta est prête à élire un premier ministre gai.

Photo : Radio-Canada / Émilio Avalos

Radio-Canada

Est-ce difficile d'être politicien et membre de la communauté LGBT+ en Alberta? Dans le cadre des entrevues du Fauteuil de l'Alberta, (Nouvelle fenêtre) le journaliste Michaël Bédard tente de faire le point sur cette question. Il s'est entretenu avec le jeune député néo-démocrate Michael Connolly.

Un texte de Michaël Bédard

En mai 2015, trois députés ouvertement membres de la communauté LGBT+ sont élus pour la première fois à l'Assemblée législative de l'Alberta : Ricardo Miranda, qui deviendra ministre de la Culture, et les députés Michael Connolly et Estefania Cortes-Vargas. Un moment qui a permis un changement de culture au sein de la députation albertaine, selon Michael Connolly.

Selon le député Michael Connolly, la présence de trois députés issus de la communauté LGBT+ aide à transformer la culture machiste qui régnait à l'Assemblée législative de l'Alberta avant 2015.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les députés Ricardo Miranda, Estefania Cortes-Vargas et Michael Connolly.

Photo : Facebook / Estefania Cortes-Vargas

« Nous, les trois députés, nous ouvrons les portes et nous sommes très fiers de ça, mais nous espérons encourager plus de gens de la communauté LGBT à se lancer en politique, que cela soit lors d'élections municipales ou provinciales », dit M. Connolly.

Encore des barrières

Si les choses tendent à changer, il reste tout de même beaucoup de défis.

Je reçois encore des lettres ou des courriels m'attaquant parce que je suis ouvertement gai et jeune.

Michael Connolly, député néo-démocrate

Le conservatisme social qui a longtemps défini l'Alberta n'est plus aussi important, selon le politicien, mais reste tout de même un obstacle. «  C'est vraiment une barrière pour les membres de la communauté LGBT+ qui veulent se présenter à n'importe quel niveau de gouvernement, dit M. Connolly. Il y a toujours des personnes qui sont socialement conservatrices, il faut encore se battre contre elles. »

Je peux vous dire que, dans n'importe quelle province et au fédéral, il y a encore des députés qui sont dans le placard.

Michael Connolly, député néo-démocrate

Prochain défi : les personnes trans

Selon le député, la législature albertaine devrait faire élire un député ou une députée trans lors des prochaines élections. « Je crois qu'on n'a jamais eu un candidat trans, je crois que nous en avions une dans les municipales, mais, sur le plan provincial, je ne pense pas. Il est temps », affirme le député. Pour y arriver, le politicien croit que tous les partis devraient s'y mettre et présenter un minimum de candidats trans.

En 2016, Michael Connolly participait à la levée du drapeau trans à Calgary durant la Journée du souvenir trans.

Des députés gais : essentiels à la démocratie

Selon le député, si certaines lois protégeant les personnes LGBT+ ont été mises en place en Alberta lors des dernières années, la présence depuis 2015 de trois députés ouvertement gais n'est pas un hasard.

Si Estefania, Ricardo et moi n'étions pas là, il y aurait 87 députés qui parleraient de la communauté LGBT+ sans bien la connaître.

Depuis l'élection de 2015, l'Alberta a mis en place une loi pour interdire aux écoles de rendre publique l'identité des élèves qui se joignent à des alliances gai-hétéro (AGH). La province étudie la possibilité d’ajouter un troisième genre non binaire sur les documents officiels.

Le drapeau LGBT est levé près de l'édifice de l'Assemblée législative de l'Alberta.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le drapeau LGBT est levé près de l'édifice de l'Assemblée législative de l'Alberta.

Photo : CBC

Les trois politiciens ont aussi voulu changer les codes et les façons de faire à l'Assemblée législative. Par exemple, les députés peuvent choisir de se faire appeler « membre » à la place de « monsieur » ou « madame ». Une façon d'être plus ouverts aux diversités sexuelles, selon Michael Connolly.

Et à la question de savoir si l'Alberta est prête à élire un premier ministre ou une première ministre ouvertement gais, le député n'hésite pas : « L'Alberta est prête. »

Qui est Michael Connolly? 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Communauté LGBTQ+