•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Danser sur la musique de Leonard Cohen, un pari fou

Photo : RDI

Radio-Canada

Danser sur les chansons de Leonard Cohen, c'était le pari audacieux de Louis Robitaille, le directeur artistique de la compagnie BJM (autrefois connue sous le nom de Ballets jazz de Montréal). L'idée, lancée il y a près de quatre ans, avait reçu l'aval du chanteur. Dance Me \ musique de Leonard Cohen est présenté jusqu'à samedi soir au Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts.

Un texte de Mélanye Boissonnault

En cet automne où Montréal vit pleinement la cohenmanie avec une exposition au Musée d’art contemporain et un spectacle commémoratif qui a marqué le premier anniversaire de la mort du poète et chanteur, cette création présentée par Danse Danse ne pouvait mieux tomber.

Le public qui a assisté à la première mondiale de Dance Me \ musique de Leonard Cohen, au Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts, a été complètement séduit par la proposition.

Dans un premier temps, on mesure l’incroyable fluidité des danseurs de la compagnie avec des tableaux de groupe. Les trois chorégraphes choisis pour l’aventure sont Annabelle Lopez Ochoa, Andonis Foniadakis et Ihsan Rustem. Leur travail met en lumière la souplesse, la rapidité, la précision et la sensualité dont sont capables les danseurs de BJM. Il faut également reconnaître la polyvalence de certains membres de la compagnie, qui ont aussi interprété Suzanne et Hallelujah sur scène, en direct.

Ensuite, le répertoire de Cohen forme une séduisante trame sonore. C’est à Martin Léon qu’on a confié la direction musicale et c’est lui qui soigne l’enchaînement de pièces couvrant cinq décennies de la vie du musicien.

Leonard Cohen en spectacle.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L’exposition « Leonard Cohen-Une brèche en toute chose » est présentée jusqu’au 9 avril prochain au Musée d’Art Contemporain de Montréal.

Photo : Getty Images / Photo by Mike Lawrie

Finalement, en faisant appel au metteur en scène Éric Jean, BJM rehausse l’aspect visuel du spectacle avec des projections et des éclairages très réussis. Son travail permet de lier les styles des chorégraphes et nous fait ressentir la présence de Cohen par des costumes et des enregistrements de sa voix.

BJM est la seule compagnie à pouvoir danser Cohen. Des droits exclusifs ont été négociés pour les cinq prochaines années. Après Montréal, une tournée est déjà prévue avec des arrêts à Toronto, Ottawa et Sherbrooke ainsi qu’aux États-Unis et en France.

Une façon de garder bien vivante la mémoire du chantre montréalais.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Arts de la scène

Arts