•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cinq langues dans une lettre de la Ville de Toronto, mais pas de français

La place Nathan Philipps et l'hôtel de ville de Toronto
Le français arrive au 14e rang des langues les plus parlées à Toronto. Photo: Radio-Canada / David Donnelly/CBC

Les résidents de la métropole ont récemment reçu une lettre au sujet du recyclage. La missive est rédigée en plusieurs langues. Au verso, des paragraphes en mandarin, en tamoul, en espagnol et en portugais résument le contenu de la lettre écrite en anglais. Le français est toutefois absent.

Un texte de Lyne-Françoise Pelletier

C'est pourtant l'une des langues officielles du Canada.

Le service des communications de la Ville explique par voie de communiqué les raisons de cette absence. Les municipalités en Ontario ne sont pas assujetties à la Loi sur les langues officielles. Elles peuvent décider d'offrir ou non des services en français.

De plus, le Conseil municipal a approuvé en août une nouvelle politique multilingue. En vertu de cette politique, seulement les informations importantes, celles qui auront des répercussions sur la santé et la sécurité des citoyens, seront traduites en français et dans les 10 langues les plus parlées dans la métropole selon le dernier recensement.

Une lettre de la Ville de Toronto.Pas un mot de français sur cette lettre de la Ville. Photo : Radio-Canada

Or, dans ce cas-ci, les informations concernent la contamination du recyclage dans les bacs bleus.

La Ville n'est tenue de communiquer avec les résidents que dans les cinq premières langues identifiées dans le recensement de 2016. Le français se classe au 14e rang. La Ville de Toronto ajoute que les citoyens peuvent obtenir les renseignements dans leur langue sur le site Internet grâce à Google.

Le maire, John Tory, n'est pas satisfait de cette explication.

C'est une erreur qui ne doit pas se reproduire.

John Tory, maire de Toronto

Le président du comité consultatif francophone de Toronto, le conseiller municipal Norm Kelly, dit qu'il discutera de l'affaire avec le maire et le chef des services du personnel de la Ville.

« Nous devons être plus conscients de nos responsabilités en tant que gouvernement et inclure le français dans nos communications publiques », ajoute-t-il.

Toronto est la plus grande ville au pays. Nous devons montrer l'exemple.

Norm Kelly, conseiller municipal à Toronto

Cet incident survient alors que des organismes francophones se mobilisent pour la création de l'université de langue française dans la métropole.

Toronto

Politique municipale