•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bilan des travaux parlementaires : la CAQ prise pour cible

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, était entouré de tous ses ministres.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, a vanté la performance économique de son gouvernement lors de son bilan de session, tout en ne manquant pas de s'en prendre à la Coalition avenir Québec (CAQ), qui mène dans les sondages depuis quelque temps. Le Parti québécois (PQ) a aussi considérablement attaqué la CAQ. Le chef caquiste dit de son côté ne rien tenir pour acquis.

Chacun des partis siégeant à l'Assemblée nationale a fait son bilan vendredi, dernière journée de la session d'automne.

On a largement démontré, encore une fois, que nous sommes le gouvernement de l’économie, nous le resterons, c’est notre ADN.

Philippe Couillard, premier ministre du Québec

« Notre plan fonctionne, les finances publiques sont en ordre, on a réussi à dégager des marges de manœuvre, l’économie roule à plein régime », s'est félicité Philippe Couillard, entouré de son caucus.

On est en voie d’atteindre ce dont beaucoup de gens doutaient il y a à peine quelques mois : l’objectif de 250 000 emplois en 5 ans. Je vous rappelle qu’on a atteint 218 000 emplois en moins de 4 ans.

Philippe Couillard, premier ministre du Québec

Le premier ministre a aussi fait remarquer que le taux de chômage atteint un creux historique au Québec et que les salaires y augmentent plus vite qu’ailleurs.

Il a aussi rappelé que la cote de crédit de la province, qui est en quelque sorte la note qu’attribuent les banquiers au Québec, est désormais meilleure que celle de l’Ontario, du jamais vu depuis 1993.

Selon le chef du PLQ, cette simple amélioration de la cote du Québec représente environ 150 millions de dollars de plus dans les poches du gouvernement « pour investir dans les services aux citoyens et aux citoyennes ». Québec a en effet annoncé des réinvestissements en santé et en éducation, ainsi que des baisses d'impôt.

Le premier ministre a enfin vanté et défendu le travail de son ministre de la Santé, Gaétan Barrette, qui a réussi, a-t-il rappelé, à réduire les temps d’attente dans les urgences et à procurer un médecin de famille à plus d’un million de citoyens.

La CAQ s'invite dans le bilan libéral

Le premier ministre s’est par ailleurs livré à plusieurs attaques contre la CAQ et son chef, François Legault, dont il a sévèrement critiqué l’opportunisme électoral.

Le chef libéral a notamment raillé ses récentes déclarations selon lesquelles son parti débarrasserait le Québec de la péréquation en quelques années. Il a aussi ridiculisé la position changeante de la CAQ dans le dossier de la taxation de Netflix.

La CAQ, c’est n’importe quoi […] C’est presque caricatural. On lance une chose, on l’oublie parce que ça n’a pas marché, on change de priorité.

Philippe Couillard

Une année « positive » pour la CAQ

François Legault et son équipe

François Legault fait le bilan des travaux parlementaires de l'automne.

Photo : Radio-Canada

C’est la bonne performance de son équipe lors de la dernière année que le chef de la Coalition avenir Québec a tenu à mettre de l’avant vendredi matin. Il a souligné que l’élection de la candidate caquiste Geneviève Guilbault lors de la partielle d’octobre dans Louis-Hébert, un château fort libéral, montrait que « c’est possible de battre les libéraux ».

La dernière session a été une des meilleures sessions. Je suis très fier de notre équipe. Je pense que tous les analystes vont reconnaître que c’est la CAQ qui a dicté l’agenda, qui a dicté les débats, qui a dicté les enjeux.

François Legault

Selon M. Legault, le gouvernement libéral n’aurait pas annoncé de baisse d’impôt cet automne « si ça n’avait pas été de la CAQ ».

Le chèque de 100 $ pour chaque enfant d'âge scolaire alloué aux parents québécois juste avant la rentrée, le deuxième bain par semaine aux personnes hébergées en CHSLD, deux nouvelles mesures annoncées par les libéraux cet automne, ainsi que l'amendement au projet de loi 107 visant à créer un comité de surveillance de l’UPAQ, sont toutes des idées « volées » à la CAQ affirme François Legault.

Cependant, plusieurs fois lors de son bilan, le chef de la CAQ a indiqué qu’« il ne faut rien prendre pour acquis », faisant référence aux récents sondages qui avantagent sa formation.

Même si les libéraux sont très contestés, il reste que ce sont des adversaires redoutables. On n’a pas fini de voir des cadeaux électoraux, comme ce qu’on voit depuis des semaines.

François Legault

Rappelant les bases de son programme, soit « beaucoup de propositions pour aider les familles du Québec », « faire mieux en économie, en éducation et en santé », « rendre le Québec à long terme aussi riche que l’Ontario », François Legault a affirmé que son équipe allait travailler « encore plus fort » pour « mériter la confiance des Québécois » et être élu pour diriger le Québec.

Jean-François Lisée attaque la CAQ

Jean-François Lisée et son équipe

Photo : Radio-Canada

Quant à Jean-François Lisée, le chef du Parti québécois, il a attaqué la CAQ et ses promesses, après avoir détaillé par le menu chaque bataille gagnée par les députés de son parti à l’Assemblée nationale.

Affirmant plus d’une fois que les Québécois veulent mettre « les années libérales derrière eux », M. Lisée a raillé le programme de la CAQ, qui n’est, déclare-t-il, qu’« improvisation, changement de position et faiblesse ».

Si le meilleur argument de la CAQ c’est qu’il n’a jamais gouverné, le nôtre c’est que quand on a gouverné, on a amélioré la situation des familles, des régions, du français.

Jean-François Lisée

Parlant du besoin de changement des Québécois, Jean-François Lisée a aussi soutenu que « la CAQ et le PLQ, c’est copié-collé. Le Parti québécois, c’est autre chose. »

M. Lisée a notamment défendu la décision de son parti de ne pas promettre de baisse d’impôts, au contraire des promesses des libéraux et des caquistes.

« Ce n’est pas vrai que vous pouvez avoir des baisses d’impôt et augmenter les services. Qui vous dit la vérité? : le Parti québécois. Les autres, c’est des charlatans », dénonce-t-il.

« Les Québécois ont besoin d'un changement de vision »

Les trois députés de Québec solidaire

Photo : Radio-Canada

« Si nous avions à illustrer notre bilan en une phrase : cet automne, Québec solidaire a fait des propositions pragmatiques qui ont bousculé les autres partis », a d'entrée de jeu affirmé la co-porte-parole de Québec solidaire Manon Massé dans son bilan de l’automne.

Projets de loi pour lutter contre l’épuisement professionnel ou pour baliser le commerce électronique, meilleures mesures pour aider les victimes de harcèlement sexuel, toutes ces propositions visent à « améliorer les conditions de vie des Québécois », a dit Mme Massé.

De son côté, Gabriel Nadeau-Dubois, autre co-porte-parole du parti, a souligné l’ironie de voir Philippe Couillard critiquer la CAQ.

C’est un peu savoureux, car à force de critiquer la CAQ, M. Couillard en arrive à se critiquer lui-même. Parce qu’il ne faut pas l’oublier, le programme de la CAQ, le gouvernement libéral l’a amplement mis en œuvre dans les derniers mois.

Gabriel Nadeau-Dubois

Politique provinciale

Politique