•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Île-du-Prince-Édouard aura ses magasins de cannabis

Le ministre Allen Roach entouré de deux autres intervenants
Le ministre Allen Roach (au centre) lors du point de presse, jeudi. Photo: Radio-Canada / François Pierre Dufault
Radio-Canada

Le gouvernement de l'Île-du-Prince-Édouard a l'intention de confier la distribution du cannabis à usage récréatif à la société provinciale des alcools, mais la vente de la substance se fera par Internet et par l'entremise d'un nouveau réseau de magasins complètement détachés des succursales d'Alcool Î.-P.-É.

Un texte de François Pierre Dufault

Quelques heures après la Nouvelle-Écosse, jeudi, c'était au tour du gouvernement insulaire de rendre publics les premiers détails de son plan pour encadrer la légalisation du cannabis à usage récréatif à compter de l'été prochain.

« Nous sommes en territoire inconnu », a reconnu d'emblée le ministre des Finances, Allen Roach, lors d'un point de presse à Charlottetown. « Mais nous croyons qu'il est important que les quatre provinces de l'Atlantique soient sur la même longueur d'onde. »

Sans surprise, donc, l’âge minimal pour acheter, posséder et consommer du cannabis à usage récréatif à l'Île-du-Prince-Édouard sera de 19 ans, comme ce sera le cas au Nouveau-Brunswick, en Nouvelle-Écosse et à Terre-Neuve-et-Labrador.

Comme en Nouvelle-Écosse, il n'est pas question de mettre sur pied une nouvelle société d'État pour assurer la distribution du cannabis. Mais contrairement à la province voisine, qui vendra la substance dans ses magasins d'alcool, le gouvernement insulaire a l'intention d'établir un réseau de magasins complètement détachés des succursales d'Alcool Î.-P.-É., « afin d'assurer un commerce sécuritaire et responsable ».

« C'est une recommandation d'un groupe de travail du gouvernement fédéral de ne pas vendre [du cannabis et de l'alcool] côte à côte, a insisté Allen Roach. Nous allons faire très attention où nous installerons les magasins. La sécurité du public est aussi un facteur important. »

Dans un premier temps, le gouvernement de l'Île-du-Prince-Édouard compte seulement permettre la consommation du cannabis « dans des résidences privées » afin « de limiter l'impact sur les communautés et la santé publique ». Il est toutefois possible que la consommation soit autorisée dans « certains lieux publics » à une date ultérieure.

La province prévoit lancer une campagne de sensibilisation en janvier.

Le plan dévoilé jeudi est incomplet, admet le ministre Allen Roach. « Nous sommes toujours en discussions avec Ottawa sur un bon nombre de points », comme le partage des revenus futurs du cannabis, dit-il.

Le gouvernement MacLauchlan devrait déposer un projet de loi le printemps prochain afin d'encadrer la vente et l'usage récréatif du cannabis à temps pour la légalisation de la substance, qui est prévue pour le 1er juillet.

L'opposition officielle à Charlottetown juge que les échéanciers imposés par Ottawa pour encadrer la légalisation du cannabis sont très courts. La députée progressiste-conservatrice Darlene Compton craint que la province accouche ainsi d'un projet de loi bâclé. « Le diable est dans les détails », a-t-elle déclaré à l'Assemblée législative, jeudi.

À son tour, le chef du Parti vert, Peter Bevan-Baker, s'est dit soulagé d'apprendre que la province compte mettre sur pied un réseau de magasins servant uniquement à la vente de cannabis. Selon lui, la Nouvelle-Écosse fait une « grave erreur » en permettant la vente de la substance dans ses magasins d’alcool.

Île-du-Prince-Édouard

Société