•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Lutte antipétrole : l'hiver au camp de la Rivière

Camp de la Rivière
Camp de la Rivière Photo: Radio-Canada / William Bastille-Denis

Les opposants à l'exploration et à l'exploitation pétrolière ont terminé l'installation hivernale de leur campement, près de Gaspé. Les militants du camp de la Rivière occupent un terrain près du puits Galt no 4 de la société Junex.

Un texte de Joane Bérubé avec la collaboration de Martin Toulgoat

Le camp de la Rivière a été monté il y a quatre mois pour sensibiliser la population aux risques de l'exploration gazière et pétrolière.

Les occupants demandent aussi l'arrêt complet des travaux d'exploration en Gaspésie.

Installés sur un territoire non organisé, à une vingtaine de kilomètres du centre-ville de Gaspé, les activistes ont la ferme intention de demeurer sur place tout l’hiver. Pour rester au chaud, ils disposent d'une tente de type prospecteur avec un chauffage au bois et d'une yourte électrifiée alimentée par des panneaux solaires.

Militant au camp de la Rivière, Richard Latreille explique que l’électrification de la yourte permettra d’utiliser celle-ci pour accueillir les sympathisants et les curieux.

Richard Latreille du camp de la RivièreRichard Latreille du camp de la Rivière Photo : Radio-Canada / William Bastille-Denis

Certains apportent du bois ou des denrées. Leur action commence à faire réfléchir, soutient Richard Latreille. « Sans nécessairement embrasser les revendications du camp de la Rivière, dit-il, ce sont des gens qui ont de l'intérêt à ce que les choses se passent de façon différente pour les hydrocarbures en Gaspésie. »

Les militants occupent les lieux de façon pacifique. Ils mentionnent qu'ils ne sont pas associés au groupe d'activistes antipétrole qui a revendiqué des actes de vandalisme à la maison du président de Junex, Jean-Yves Lavoie, en novembre dernier à Québec.

Le camp de la RivièreLe camp de la Rivière Photo : Radio-Canada

Les militants proviennent d'un peu partout dans la province. Le retraité de Québec Bernard St-Gelais estime que la protection de l'eau potable est non négociable. « Je n'ai pas plus le droit à l'eau potable que toi, tu n'as pas à décider de ma survie. Pour moi, c'est ça, ce n'est pas négociable », affirme-t-il.

Les militants comptent poursuivre leur occupation tant et aussi longtemps que Junex mènera des travaux pétroliers et gaziers sur sa propriété de Galt.

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Industrie pétrolière