•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le registre québécois des armes à feu en place le 29 janvier

Des armes d'épaule sont déposées sur du foin.
Armes d'épaule Photo: iStock
Radio-Canada

La Loi sur l'immatriculation des armes à feu entrera finalement en vigueur le 29 janvier prochain, exactement un an après la fusillade de la mosquée de Québec, qui a coûté la vie à six personnes.

Un texte de Nicolas Vigneault

Il se sera aussi écoulé un an et demi entre la mise en place officielle du registre et l'adoption du projet de loi 64 sur l'immatriculation des armes à feu, en juin 2016, par l'Assemblée nationale.

Comme le prévoit la Loi, l'enregistrement des armes sans restriction sera sans frais pour les propriétaires et pourra se faire en ligne, ce qui devrait faciliter la tâche des citoyens.

Le burinage ne sera pas nécessaire non plus, comme l'avaient exigé certains groupes de pression en commission parlementaire. Cette mesure aurait eu pour effet d'altérer certaines armes de collection dont la valeur peut s'élever à quelques milliers de dollars.

Les armes à feu sans restriction regroupent des carabines ou des fusils qui ne sont pas à autorisation restreinte ou prohibées. La plupart des armes d'épaule courantes sont des armes à feu sans restriction.

Source : GRC

Les propriétaires d'armes sans restriction auront finalement un an pour les enregistrer auprès du Service d'immatriculation des armes à feu (SIAF). Des citoyens qui ne respecteraient pas la Loi s'exposent à des amendes allant de 500 $ à 5000 $.

Benabdallah soulagé

Le cofondateur du Centre culturel islamique de Québec, Boufeldja Benabdallah, est soulagé d'apprendre que le registre québécois des armes à feu deviendra réalité. Il salue le geste du gouvernement.

« C'est un signal qu'on accueille avec plaisir. Une joie dans la détresse, mais une joie quand même. On souhaite que ces gestes se multiplient et que des moments historiques dans la société soient pris en considération par les élus », a-t-il déclaré.

Les opposants au registre contestent toutefois toujours la Loi .

« On va se battre jusqu'à la fin », affirme Guy Morin, vice-président de Tous contre un registre des armes à feu.

Ce dernier soutient aussi que son groupe étudie la possibilité de s'adresser aux tribunaux pour retarder l'entrée en vigueur du registre, le temps que soit entendu l'appel de la cause.

L'Association canadienne pour les armes à feu a été déboutée en Cour supérieure du Québec en octobre dernier.

Politique