•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une intervention chirurgicale.... sans bistouri!

Elias Pharaon est un des premiers patients à avoir subi une nouvelle procédure pour traiter le tremblement essentiel.

À 85 ans, Elias Pharaon souffrait de tremblement essentiel, une maladie qui provoque un mouvement continu du corps.

Photo : Radio-Canada / Louise Moquin

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Effectuer une intervention chirurgicale sans bistouri est devenu une réalité à l'Université de Calgary pour traiter les cas les plus graves de tremblement essentiel, une maladie parfois très handicapante.

Un texte de Stéphanie Rousseau

À le voir bouger aujourd'hui, rien ne laisse paraître qu'il y a encore quelques mois, Elias Pharaon ne pouvait pas faire une simple ligne droite au crayon, manger à table avec des amis ou boire un café facilement.

À 85 ans, Elias Pharaon souffrait de tremblement essentiel, une maladie qui provoque un mouvement continu du corps.

J’ai toujours adoré faire des choses manuelles, alors j’ai trouvé cela très dur. Tous les petits gestes du quotidien sont devenus difficiles.

Une citation de : Elias Pharaon, patient

Cette maladie est traitable avec des médicaments, mais les cas les plus graves requièrent normalement une intervention chirurgicale. Pourtant, Elias Pharaon n’a pas eu besoin du bistouri.

Tout cela grâce à un nouvel appareil qui permet d'accéder aux tissus du cerveau et d'aller brûler la section problématique du cerveau sans toucher à la peau ni au crâne du patient.

Le tremblement essentiel est une maladie traitable avec des médicaments, mais les cas les plus graves requièrent normalement une chirurgie.  Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'appareil se sert d'ultrasons pour détruire une partie du cerveau qui provoque les tremblements.

Photo : Radio-Canada / Lucie Edwardson

L’École de médecine Cumming de l’Université de Calgary est le deuxième endroit au Canada, après l'Hôpital Sunnybrook, à Toronto, à se munir du nouvel appareil qui utilise les ultrasons focalisés de haute intensité.

Bruce Pike, un professeur de radiologie à l'Université de Calgary, explique que cette technologie est semblable à une loupe sous le soleil, qui vient focaliser les rayons pour chauffer une région spécifique.

Si on met un morceau de bois au soleil, il ne brûle pas. Si on le place sous une loupe en plein soleil, les rayons sont focalisés, ils deviennent très chauds et on peut brûler un petit morceau de bois. Cette machine fait essentiellement la même chose , indique Bruce Pike.

La neurochirurgienne et professeure de neurochirurgie Zelma Kiss ajoute que la procédure permet de détruire la partie du cerveau problématique.

Nous détruisons la partie du cerveau d’où émanent les signaux de tremblements.

Une citation de : Zelma Kiss, neurochirurgienne et professeure, Université de Calgary

Depuis l'achat de l'appareil, en mai, sept patients ont profité de la procédure moins invasive qui ne nécessite pas d’ouvrir la surface de la tête ou du crâne. L'opération, qui se pratique en quelques heures, évite aux patients un long séjour à l’hôpital.

L'équipe des chercheurs de l'Université de Calgary étudie maintenant la possibilité d'utiliser cette technique dans le traitement de l'épilepsie ou l’administration de médicaments lors de chimiothérapies.

Elias Pharaon ne pourrait être plus heureux d’avoir retrouvé sa mobilité. « Je suis si reconnaissant d'être comme avant. Aujourd'hui, ma main est stable, solide comme du roc! », lance-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !