•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« La distraction des automobilistes est notre principal obstacle », signalent les pompiers

Un camion d'incendie devant une maison en flamme
Un camion de pompier de la Ville de Dieppe, au Nouveau-Brunswick Photo: Facebook/IAFF Local 999 Moncton Firefighters Association/Brian McDonald
Radio-Canada

Avec les conditions routières qui s'apprêtent à devenir plus difficiles dans les semaines à venir, les premiers répondants rappellent aux automobilistes l'importance d'être prudents lorsqu'ils aperçoivent un véhicule d'urgence.

Encore faut-il que les conducteurs soient attentifs aux camions de pompier, voitures de police ou ambulances qui répondent à un appel d’urgence.

« Un de nos principaux obstacles est la distraction des automobilistes, car ces derniers ne nous voient pas ou ne nous entendent pas arriver », explique Éric Arsenault, chef du service d'incendie de la Ville de Moncton.

Éric Arsenault, chef du service d'incendie de la Ville de Moncton, devant un camion à la caserne de pompierÉric Arsenault, chef du service d'incendie de la Ville de Moncton Photo : Radio-Canada

La loi exige des automobilistes qu'ils ralentissent, se rangent sur le côté et arrêtent leur voiture pour céder la voie à tout véhicule d'urgence.

« Et ça, c'est vrai , qu'un véhicule d’urgence approche à l'arrière ou à l'avant, rappelle Éric Arsenault. Il faut se tasser, peu importe la condition à laquelle on fait face. »

Le chef pompier croit cependant que le problème de la distraction au volant exacerbe les situations problématiques où les automobilistes ne réagissent pas correctement à l’approche d’un véhicule d’urgence.

« Il y a la musique trop forte, manger ou boire au volant qui peut distraire le conducteur, mais depuis quelques années, l'utilisation du téléphone cellulaire s’ajoute à tout ça. »

Le problème ne va pas en diminuant.

Éric Arsenault, chef du service d'incendie de la Ville de Moncton

La prudence est également de mise lorsqu'un véhicule d'urgence se trouve près de l'accotement, rappelle le pompier.

La police a sévi près de cent fois cette année contre des automobilistes du Nouveau-Brunswick qui ne ralentissaient pas suffisamment. C'est presque deux fois plus que l'an dernier.

Éric Arsenault estime que la mort, en septembre, de l’agent de police Frank Deschênes, tué alors qu’il venait en aide à un automobiliste, a rappelé l’importance d’observer attentivement le code de la route.

Nouveau-Brunswick

Prévention et sécurité