•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Russie bannie des JO 2018 : « Le CIO ne pouvait pas faire de faux pas »

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Christiane Ayotte

Christiane Ayotte

Photo : Radio-Canada / Mathieu Bolduc

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La décision du Comité international olympique (CIO) de suspendre la Russie des Jeux olympiques de Pyeongchang suscite de nombreuses réactions. La directrice du laboratoire de contrôle du dopage sportif à l'INRS-Institut Armand-Frappier à Laval, Christiane Ayotte, estime que la décision est complète.

« Le CIO ne pouvait pas se permettre de faire de faux pas et je pense qu’il a bien réagi », affirme-t-elle.

Mme Ayotte soutient que cette décision permet au CIO de se rattraper après avoir pris de mauvaises décisions avant les JO de Rio.

« Le CIO ne laisse plus de marge de manœuvre [au Comité olympique russe]. S’il veut revenir dans le mouvement olympique, il va falloir qu’il fasse ses devoirs et qu’il fasse maison nette. »

La condition qui est sine qua non, c’est vraiment que les autorités sportives et politiques russes reconnaissent l’étendue du problème en Russie et leur implication de façon à mettre en place des mesures qui vont prévenir la répétition.

Christiane Ayotte

Les athlètes russes pourront participer aux Jeux sous drapeau neutre, mais devront toutefois se plier à des exigences strictes. En plus de devoir respecter les standards de qualification de leur sport, ils devront se soumettre aux tests que recommandera un comité indépendant. Aucun athlète déjà disqualifié pour dopage ne sera admissible.

Christiane Ayotte approuve le choix du CIO à forcer le Comité olympique russe à verser une amende de 15 millions de dollars américains (19 M$ CA) qui servira à renforcer le système antidopage.

Une sanction pas assez sévère?

L'ancien skieur acrobatique Dominick Gauthier aurait préféré que l'interdiction soit totale et que les athlètes ne puissent pas participer aux Jeux.

« Les preuves [du stratagème de dopage] sont accablantes. J’aurais aimé qu’on y aille avec l’approche plus complète. »

Ce qui me rassure, c’est qu’on ne parle plus de noms d’athlètes individuels autant que de la Russie. Ça me donne espoir. Je crois que c’est la seule façon pour contrôler les choses, sans que ce soit un système parfait.

Dominick Gauthier
Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Russie bannie des JO : Entrevue avec Dominick Gauthier

Dominick Gauthier croit que lorsque des infractions permettront de bannir un pays complètement, on commencera à faire réellement peur aux tricheurs.

« Des pays comme la Russie, comme la Chine, et on pourrait en nommer bien d’autres, ont des structures en place qui font que l’athlète n’est qu’un numéro. L’athlète n’a pas vraiment le choix de se doper ou non. Et s’il se fait prendre, on l’élimine et on va en prendre un autre [...] La voie de l’avenir c’est de pointer les pays plus que les athlètes. »

Pas seulement la Russie

L'ancien athlète olympique Jean-Luc Brassard croit qu'il faudra surveiller attentivement la suite des choses.

« Dans les coulisses, on sait que ce n’est pas juste la Russie qui fait ça. D’autres pays le font. Est-ce que Poutine va le dire haut et fort au risque d’enterrer à tout jamais l’image des Jeux olympiques? C’est une game politique qui est tellement d’un autre niveau. Ce qu’on voit, c’est que ces géants-là ont souvent des pieds d’argile. Il s’agit d’un bon coup au bon endroit pour les faire tomber, et ça, on ne sait pas ce que ça va donner. »

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

La Russie bannie des JO 2018 : entrevue avec Jean-Luc Brassard

Selon l'ancien bosseur, c'est une pratique qui dure depuis trop longtemps et qui doit cesser.

Quand on regarde Pierre Harvey en 1988, qui gagnait des épreuves de la Coupe du monde, et qui, aux Jeux olympiques de Calgary, a fini 40e, 50e, complètement dépassé par des athlètes dopés jusque dans le bout des cheveux. Quarante ans plus tard, c’est exactement le même problème.

Jean-Luc Brassard

Brassard souligne que le Canada doit arrêter de baser ses repères sur le Comité olympique canadien (COC) pour l’octroi de fonds et de subventions. Dans la situation actuelle, les athlètes canadiens reçoivent un financement moins élevé que ce qu’ils pourraient recevoir, puisque les sportifs dopés prennent les premiers rangs.

Beckie Scott, la présidente de la Commission des athlètes de l'Agence mondiale antidopage (AMA), est encouragée par la décision du CIO.

L'ex-fondeuse canadienne milite pour la cause antidopage depuis que sa médaille de bronze, acquise aux Jeux de Salt Lake City, est devenue une médaille d'argent, puis d'or puisque les athlètes l'ayant devancée ont été disqualifiées ou ont échoué à un contrôle antidopage.

Scott est d'avis que le CIO a envoyé un message clair et fort aux athlètes propres, leur signifiant qu'ils seront protégés. Elle a ajouté que si elle était des prochains JO, elle aurait confiance dans le fait que tous se battent sur un pied d'égalité à la suite de cette décision.

Réactions des athlètes canadiens

Hayley Wickenheiser a pour sa part publié ses états d'âme sur son compte Twitter.

Comme membre de la Commission des athlètes du CIO, je dois souligner aux athlètes propres et aux partisans du sport olympique que la décision d’aujourd’hui ne fait pas de gagnant. De nombreux athlètes propres comprennent que les athlètes russes mêlés à ce système [de dopage] n’ont peut-être pas eu d’autre choix que d'obtempérer. Il était donc important de sanctionner sévèrement les officiels et l’entourage des athlètes. Dans toute cette situation, les athlètes propres ont manqué de protection. Il faut maintenant chercher des solutions et faire en sorte, tous ensemble, que ça ne se reproduise jamais.

Hayley Wickenheiser

Pour les Russes, les athlètes, c'est remplaçable, il y a tellement de profondeur. Les entraîneurs, les médecins d'équipe, ils restent encore là [...] [Il faut] bannir aussi les médecins, les entraîneurs, les directeurs sportifs, qui ont orchestré toutes ces choses-là.

Alex Harvey
Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Entrevue avec Alex Harvey


Si des athlètes prouvent qu’ils ne se sont pas dopés, qu’ils sont propres, je pense qu’ils ont le droit de participer, et je respecte cette décision-là.

Valérie Maltais
Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Exclusion des athlètes russes : réaction de Valérie Maltais

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !