•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Art atikamekw : de projet universitaire à OBNL

Le Collectif Tapiskwan lance sa première grande collection de produits contemporains atikamekw

Le Collectif Tapiskwan lance sa première grande collection de produits contemporains atikamekw

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un projet de recherche universitaire mené dans des communautés atikamekw est en train de devenir une initiative entrepreneuriale, « une suite logique pour redonner le projet aux collectivités », selon les fondateurs.

Un texte de Marie-Laure Josselin

Depuis 2011, dans le cadre du projet Tapiskwan, des ateliers sont donnés à Wemotaci et Obedjiwan, deux communautés atikamekw du nord de la Mauricie, en partenariat notamment avec l’École de design de l’Université de Montréal et le Conseil de la Nation atikamekw.

Le but est de mettre en valeur l’art atikamekw, mais aussi de le développer, et ce, grâce aux ateliers qui permettent de transmettre des savoirs et qui revisitent aussi cet art.

« L’idée de passer à une OBNL est venue de manière naturelle, ça semblait logique que le projet s’intègre dans la vie communautaire. Mais au début, on ne savait pas où ça allait nous mener. »

— Une citation de  Solen Roth, chercheuse au post doctorat à l’école de design de l’UdeM

« L’UdeM a beaucoup aidé dans le développement, l’innovation, avec l’expertise des professeurs dans les ateliers, mais le contexte universitaire a ses limites », explique la cofondatrice du collectif Tapiskwan, Karine Awashish.

« L’entrepreneuriat n’est pas du ressort de l’université et de la recherche », ajoute Solen Roth.

En se transformant en organisme à but non lucratif, le collectif va pouvoir vendre ses produits, il lance d’ailleurs sa première grande collection de produits contemporains atikamekw.

« Commercialiser et vendre les produits va permettre d’avoir un financement autonome, un gros défi. Avec cet argent, on pourra poursuivre les ateliers et en faire plus. On pourra outiller davantage les artisans, les amener à innover. »

— Une citation de  Karine Awashish, cofondatrice du collectif Tapiskwan

Le collectif espère pouvoir faire travailler à temps plein les artisans, aller dans des expositions et développer d’autres projets.

En 2015, Radio-Canada avait réalisé un reportage sur ce projet.

Le Collectif Tapiskwan lance sa première grande collection de produits contemporains atikamekw

Le Collectif Tapiskwan lance sa première grande collection de produits contemporains atikamekw

Photo : Radio-Canada

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !