•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le maire Régis Labeaume lance un plaidoyer contre les armes à feu

Le cofondateur du Centre culturel islamique de Québec, Boufeldja Benabdallah, en compagnie du maire Régis Labeaume.

Le maire Régis Labeaume et le cofondateur du Centre culturel islamique de Québec, Boufeldja Benabdallah

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le maire Régis Labeaume a lancé un plaidoyer lundi contre les armes à feu lors du dévoilement des activités de commémoration de la fusillade à la grande mosquée de Québec.

Le maire de Québec ajoute sa voix à ceux qui demandent au gouvernement fédéral de resserrer la législation sur le contrôle des armes à feu.

Il souhaite une interdiction totale, sauf pour les activités de chasse.

« Comment peut-on défendre une culture de possession des armes à feu ici au Québec? [...] Il n’y a pas de logique, il n’y a pas d’alibi, il n’y a pas de raison », a-t-il dit.

La semaine dernière, la direction Centre culturel islamique de Québec était d’ailleurs à Ottawa pour demander un resserrement des règles.

Deux cérémonies et un rassemblement

Une prière musulmane, réservée à la communauté de cette confession, se déroulera à la grande mosquée de Québec le 26 janvier.

La cérémonie leur permettra de rendre hommage aux six pères de famille tombés sous les balles du présumé tireur Alexandre Bissonnette. La fusillade a laissé 17 enfants orphelins.

L'autre célébration, une prière oecuménique, sera ouverte à tous le 28 janvier. Elle se tiendra au Pavillon de la jeunesse sur le site d'Expocité. Les citoyens de toutes confessions confondues pourront se recueillir à la mémoire des six victimes de la tuerie.

Des citoyens déposent des fleurs et des mots de solidarité à proximité du Centre culturel islamique de Québec pour exprimer leur soutien à la communauté musulmane. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des citoyens déposent des fleurs et des mots de solidarité à proximité du Centre culturel islamique de Québec pour exprimer leur soutien à la communauté musulmane.

Photo : Radio-Canada/Maxime Corneau

Un an jour pour jour après l'attentat du 29 janvier 2018, un rassemblement de solidarité sera organisé, à quelques pas des lieux du drame. Les citoyens seront invités à marcher silencieusement et à déposer des fleurs et des bougies devant la mosquée. Les familles des victimes participeront aux événements.

Encore ébranlé par la tragédie, le cofondateur du Centre culturel islamique de Québec, Boufeldja Benabdallah, souhaite que la commémoration soit empreinte de compassion. « Dans les prières, dans le recueillement qu'on va faire, nous allons nous rappeler et prier notre seigneur afin qu'il mette en chacun de nous-même la compassion pour que nous puissions être plus fort demain. »

Les gens sont compatissants, mais il y a une minorité qui veut ignorer l'autre. Mais non seulement l'ignorer, veut porter atteinte à sa dignité, alors venez nous rencontrer pour que l'on puisse se comprendre.

Boufeldja Benabdallah, cofondateur du Centre culturel islamique de Québec

Le maire Régis Labeaume s'est dit de tout coeur derrière la communauté musulmane. « Nous souhaitons que ces activités se déroulent en toute sobriété et qu'elles laissent place au recueillement, en mémoire des six victimes. Leur souvenir restera à jamais gravé dans notre mémoire collective. »

Les activités sont organisées conjointement par le Centre culturel islamique de Québec et le regroupement citoyen à l'origine de la vigile du 30 janvier 2017.

Ils ont reçu le soutien de la Ville de Québec et de l'Université Laval.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Société