•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Longueuil : une conseillère de moins dans l’opposition officielle

La conseillère municipale de Longueuil Nathalie Boisclair

La conseillère municipale de Longueuil Nathalie Boisclair

Photo : Facebook

Radio-Canada

La majorité de Longueuil Citoyen à l'Hôtel de Ville s'est effritée, dimanche soir, avec le départ de la conseillère Nathalie Boisclair, qui siègera dorénavant comme indépendante. Le parti dirigé par Josée Latendresse prétend de son côté l'avoir exclu à l'unanimité.

Un texte de Daniel Blanchette Pelletier

« Je vous annonce que je siégerai dorénavant à titre de conseillère indépendante », a indiqué Nathalie Boisclair, dimanche soir, dans une publication Facebook.

Le parti Longueuil Citoyen a, peu de temps après, émis un bref communiqué dans lequel le caucus dit déplorer l'incapacité de Mme Boisclair « à adopter une approche constructive qui soit respectueuse de nos valeurs et du mandat qui nous a été confié par les électeurs ».

« C’est un bris de confiance important qui nous force malheureusement à agir », poursuit le président du caucus, Benoît L’Écuyer, par écrit.

En entrevue, Nathalie Boisclair rejette les accusations de son ancien parti. « Je suis de celles qui ont travaillé à sa fondation. J’y ai travaillé fort parce que je voulais qu’il reflète mes valeurs. J’ai toujours travaillé dans l’intérêt de l’équipe. »

Le lien de confiance était clairement rompu. Ça devenait impossible pour moi de poursuivre dans ce contexte.

Nathalie Boisclair, conseillère municipale

Longueuil Citoyen découle d’un schisme au sein du parti de l’ancienne mairesse Caroline Saint-Hilaire, qui a choisi de ne pas se représenter en 2017.

Sylvie Parent lui a succédé à la tête d'Action Longueuil. Défaite à la course à la chefferie, Josée Latendresse a par la suite choisi de quitter les rangs et de créer son propre parti, Longueuil Citoyen, emportant avec elle la majorité des conseillers municipaux d’Action Longueuil, dont Nathalie Boisclair.

Mais le 5 novembre, les électeurs de Longueuil ont finalement préféré Sylvie Parent à la mairie. Le parti de Josée Latendresse – qui, elle, n'a pas été élue – a hérité de la majorité au Conseil de Ville. C'est dans ce contexte tendu que les élus tentent de faire leur travail.

Début de mandat houleux

De l'aveu même de Nathalie Boisclair, « les semaines qui ont suivi l'élection ont été particulièrement mouvementées ». La conseillère songeait d'ailleurs à quitter Longueuil Citoyen depuis vendredi dernier, après une rencontre particulièrement difficile.

Il semble que la goutte qui a fait déborder le vase soit les ambitions de Josée Latendresse en vue des prochaines élections municipales, en 2021.

Nathalie Boisclair affirme que la chef de Longueuil Citoyen a demandé aux membres de son parti de s’engager dès maintenant à la désigner comme candidate à la mairie.

« Je trouvais que c’était prématuré et qu’il était plutôt sage de se donner du temps et de prioriser le parti d’abord », résume-t-elle.

Nathalie Boisclair émet également des réserves sur le fait que Josée Latendresse, qui demeure chef de Longueuil Citoyen, soit nommée chef de cabinet du parti.

Moitié-moitié

Le départ de Nathalie Boisclair laisse désormais huit conseillers à Longueuil Citoyen, soit la moitié des 16 sièges au conseil.

La professeure spécialisée en politique municipale, Danielle Pilette, doute cependant que sa défection change la donne. « Au municipal, les partis, ça ne veut pas dire grand-chose, explique la professeure à l’UQAM. Les indépendants vont voter avec l’un ou l’autre des partis, pas nécessairement avec la majorité. »

La balance du pouvoir sera exercée par [Nathalie Boisclair] et Option Longueuil, qui semble avoir peu d’affinité historique avec la formation de la mairesse. On peut penser qu’effectivement pas grand-chose ne changera par rapport à la situation au lendemain de l’élection.

Danielle Pilette

D'ailleurs, Nathalie Boisclair n’a pas indiqué si elle comptait se rallier à l’opposition ou au parti au pouvoir. « C’est dans le meilleur intérêt qu’on travaille ensemble », a-t-elle simplement indiqué.

La conseillère pourrait-elle se laisser tenter par l'un des postes que la mairesse Sylvie Parent ne parvient pas à pourvoir au comité exécutif? « Pour l’instant, il n’y a eu aucune discussion à cet effet-là, a-t-elle assuré. Ma priorité est de poursuivre mon travail de conseillère. »

Mme Boisclair a été élue pour la première fois dans le district de Vieux-Saint-Hubert-la Savane en 2011. Il y a sur son territoire de « nombreux défis d’infrastructure », sans compter l’arrivée prochaine de l’usine de Molson sur la Rive-Sud, rappelle-t-elle.

À titre de conseillère indépendante, Nathalie Boisclair conservera aussi son mandat à la présidence de l'arrondissement de Saint-Hubert, où elle a été nommée le 27 novembre dernier.

Grand Montréal

Politique municipale