•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le sud-ouest de la Nouvelle-Écosse réclame une station de radars météo

L'Observatoire radar J. Stewart Marshall de l'Université McGill.

Le sud-ouest de la Nouvelle-Écosse réclame une station de radars météo dans la région pour accroître la fiabilité des prévisions, particulièrement en mer.

Photo : Flickr / Robbie Sproule

Radio-Canada

Des municipalités du sud-ouest de la Nouvelle-Écosse profitent de la modernisation du réseau de stations radars dont se sert Environnement Canada pour ses prévisions météorologiques pour réclamer une station dans leur région.

Les stations les plus proches se trouvent à Gore, dans le centre de la province, et à Chipman, à l’est de Fredericton, au Nouveau-Brunswick. Leur rayon d’action ne s’étend pas sur l’ensemble du golfe du Maine, ce qui oblige les pêcheurs du sud-ouest de la Nouvelle-Écosse à recourir aux prévisions américaines, selon certains.

« Nous serions mieux préparés pour la météo qui nous arrive », affirme Daniel Allen, conseiller municipal de Yarmouth et pêcheur.

Il dit consulter régulièrement les sites de météo américains, en plus de celui d’Environnement Canada.

Un pêcheur de homard au large de Sambro, en Nouvelle-Écosse. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Un pêcheur de homard au large de Sambro, en Nouvelle-Écosse.

Photo : Radio-Canada / Paul-Émile d'Entremont

Selon l’un de ses collègues au conseil municipal de Yarmouth, Gérard LeBlanc, des pêcheurs lui ont dit que les prévisions des stations de radars canadiennes ne sont fiables que pour les premiers 30 kilomètres en mer, à partir de la côte.

La Ville de Yarmouth fait pression pour une station dans le Sud-Ouest et a obtenu des lettres d’appui d’autres municipalités de la région.

Renouvellement des radars au pays

Environnement Canada a accordé un contrat de renouvellement de ses radars à la compagnie allemande Selex ES l’an dernier. Le remplacement des radars, au coût de 83,2 millions de dollars, a pris un caractère d’urgence, précisait le ministère dans son appel d’offres.

« La majeure partie de l’infrastructure et des équipements du réseau ont dépassé leur durée de vie de 25 ans, écrivait-il. Le réseau compte des radars de différentes générations, dont certains ont de 30 à 40 ans. »

Environnement Canada cherche à remplacer les radars de 20 de ses 31 stations, dont ceux de Chipman et de Marion Bridge (N.-É.). Le ministère ne prévoit pas ouvrir de nouvelle station dans les Maritimes.

Des radars plus performants

Selon le météorologue Kalin Mitchell de CBC, le projet d’Environnement Canada augmentera considérablement le rayon d’action des radars Doppler. Il passera de 120 à 240 km.

Ces radars sont très performants, dit-il. « Non seulement ils peuvent repérer des zones de pluie ou de neige intenses, mais ils peuvent également déterminer la vitesse et la direction de ces orages. Donc cela pourrait nous permettre de savoir avec plus de précision quelles communautés se trouvent sur le chemin de ces systèmes météo et le moment où elles seront touchées. »

Pluies torrentielles sur certains secteurs du N.-B.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les nouveaux radars permettent de déceler les perturbations météorologiques avec une plus grande précision.

Photo : ICI Radio-Canada

Les nouveaux radars peuvent également distinguer différents types de précipitations comme la neige, le grésil, la pluie verglaçante ou la pluie, précise-t-il.

Une question de sécurité

La préfète de la municipalité du district de Shelburne, dans le sud-ouest de la Nouvelle-Écosse, affirme que ce degré de précision permettrait de mieux assurer la sécurité des citoyens de la région, particulièrement celle des pêcheurs.

« La fiabilité des prévisions météo [est importante] pour nos pêcheurs, pour leur permettre de prendre la bonne décision à savoir de rester en mer ou de revenir au port, par exemple. Nous voulons tous qu’ils reviennent à la maison sains et saufs.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouvelle-Écosse

Environnement