•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Francophonie Jeunesse de l'Alberta : jeune depuis 45 ans

Des gens.

Martin Kreiner, président de FJA, entouré de Laurissa Brousseau (à gauche) et Sympa César, membres du conseil d'administration de l'organisme.

Photo : Radio-Canada / Sébastien Tanguay

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Francophonie Jeunesse de l'Alberta a soufflé 45 bougies samedi soir. Au fil de son long parcours, l'organisation aura donné à la francophonie de la province son drapeau bleu-blanc-rose, sa Fête franco-albertaine et, surtout, un dynamisme qui fait battre le coeur de la communauté au rythme de sa relève. Retour sur cet organisme, créé par et pour les jeunes, qui a déjà beaucoup légué aux générations d'avant, et qui promet d'en donner encore beaucoup à celles qui viennent.

Un texte de Sébastien Tanguay

L'histoire commence le 2 décembre 1972. Quatre amis décident d'offrir à la jeunesse francophone de l'Alberta un premier carrefour de rencontres, d'expression et de revendications.

À l'époque, aucun d'entre eux n'aurait cru se retrouver 45 ans plus tard, levant leur verre à la longévité de l'organisme qu'ils ont créé ce jour-là.

C'est pourtant ce que Paul Pelchat, Suzanne Bugeaud et Daniel Poulin ont fait samedi soir à La Cité francophone, entourés de la sénatrice Claudette Tardif, l'actuel président de l'ACFA, Marc Arnal, et sdeson prédécesseur, Jean Johnson, maintenant à la tête de la Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada.

Trois des quatre membres fondateurs FJA : Daniel Poulin, Suzanne Rougeaud et Paul Pelchat. Seul manquait Paul Riopel, qui a tenu à souhaiter bon anniversaire à l'organisme depuis une plage hawaïenne.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Trois des quatre membres fondateurs de FJA : Daniel Poulin, Suzanne Rougeaud et Paul Pelchat. Seul manquait Paul Riopel, qui a tenu à souhaiter bon anniversaire à l'organisme depuis une plage hawaïenne.

Photo : Radio-Canada / Sébastien Tanguay

Le quatrième fondateur, Paul Riopel, était présent en pensée avec la centaine de personnes réunies à Edmonton pour les célébrations.

« Comme quoi la vie n'est pas toujours facile : Paul est à Hawaï », a plaisanté Paul Pelchat à propos de son ami.

Les têtes fondatrices ont certes grisonné, mais elles n'ont aucunement perdu leur panache et leur fierté de voir la relève reprendre les rênes de leur création et la mener à de si belles batailles pour la francophonie est évidente.

Je félicite cette jeunesse d'aujourd'hui et celle qui l'a précédée jusqu'à nous, d'avoir fait un si beau travail.

Paul Pelchat, cofondateur de FJA

Au cours de son histoire, FJA a taillé sa place parmi la communauté francophone, jusqu'à lui offrir ses rendez-vous les plus incontournables.

La Fête franco-albertaine est née en 1993, en rempacement de la Clac-au-lac, le rassemblement de FJA, tenu annuellement pendant 22 ans, au lac Orignal, qui mouille Bonnyville.

Une participante apprécie un concert en plein air lors de la Fête franco-albertaine de 2012.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La Fête franco-albertaine est devenue un rendez-vous incontournable pour les membres de la communauté francophone de la province.

Photo : Radio-Canada

Incubateur de leaders et pépinière d'amitiés entre des jeunes des quatre coins de la province, l'organisme convie la jeunesse francophone depuis 1999 au Rassemblement Jeunesse, ou Raje, un événement phare de FJA, qui rassemble jusqu'à 650 jeunes.

C'est aussi grâce aux efforts de FJA que le français résonne une journée par année depuis 25 ans dans le coeur politique de l'Alberta.

La sénatrice Claudette TardifAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La sénatrice Claudette Tardif a pris part aux célébrations du 45e anniversaire de Francophonie Jeunesse de l'Alberta.

Photo : Radio-Canada / Sébastien Tanguay

Les parlements jeunesse permettent en effet aux jeunes francophones de la province de débattre dans l'enceinte de l'Assemblée législative.

Signe de l'importance du legs de FJA à la province : le drapeau franco-albertain, hissé pour la première fois en 2017 sur les mâts du palais législatif, est lui-même le fruit d'un concours organisé par Francophonie Jeunesse de l'Alberta, en 1981.

Une législatrice amatrice en pleine session, lors de la simulation de 2012.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Depuis 1992, des jeunes francophones de la province peuvent participer aux simulations parlementaires organisées par FJA.

Photo : Radio-Canada

FJA a aussi défendu sa langue à de multiples occasions, notamment en 1987, lorsque 500 jeunes ont défilé à Edmonton pour réclamer le respect de leurs droits linguistiques en marge de l'affaire Léo Piquette, le député ayant refusé de demander pardon pour avoir pris la parole en français devant ses collègues.

Pour Jean Johnson, qui a longtemps représenté les intérêts de la communauté francophone de l'Alberta, FJA contribue à assurer la pérennité du fait français en Alberta.

Jean Johnson, président de la Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada, a tenu à souligner le 45e anniversaire de FJA.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Jean Johnson, président de la Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada, a tenu à souligner le 45e anniversaire de FJA.

Photo : Radio-Canada / Sébastien Tanguay

C'est un lieu où les jeunes apprennent à défendre leurs idées dans l'arène politique de manière respectueuse, mais ferme. Quand je vois ce que ces jeunes-là accomplissent, je suis inspiré. Et juste à les voir, ça me donne très confiance en l'avenir de notre communauté.

Jean Johnson, président des communautés francophones et acadienne du Canada

Le président actuel de FJA, Martin Kreiner, s'étonne encore du legs de l'organisme à la province.

« On a une mémoire corporative très courte à FJA et on ne réalise pas toujours sa contribution passée. J'ai appris aujourd'hui que FJA a appuyé la création des écoles francophones après l'article 23 dans la Charte [canadienne des droits et libertés]. Je réalise que je fais partie de ça, comme nous faisons aujourd'hui partie de la révision de la Loi sur les langues officielles. On travaille à des choses dont l'impact se fera encore sentir dans 15, 20, 30 ans. »

Plus que toute autre chose, FJA aura donné à deux générations de jeunes francophones une maison où ils peuvent s'engager auprès de leur communauté, comme l'expliquent Laurissa Brousseau et Gloria Livingstone, deux membres actuelles de l'organisme.

Laurissa Brousseau et Gloria Livingstone sont membres du C.A. de FJA à titre de conseillères au secondaire.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Laurissa Brousseau et Gloria Livingstone sont membres du C.A. de FJA à titre de conseillères au secondaire.

Photo : Radio-Canada / Sébastien Tanguay

« Le français, c'est là que je me sens à la maison, c'est vraiment un endroit auquel j'appartiens. Avec Francophonie Jeunesse de l'Alberta, on peut vivre sa francophonie à fond », explique Laurissa.

« Moi, je m'implique pour m'épanouir en français. Je viens de Colombie-Britannique, où il n'y a pas vraiment de francophones et où la communauté est vraiment petite. Ici, en Alberta, on est grand, même si on est petit », renchérit son amie Gloria.

« On a eu une année 2017 très très chargée, conclut Martin Kreiner. Jeux de la francophonie canadienne, Congrès de l'Association canadienne d’éducation de langue française, forums Canada 150... Ç'a vraiment été une belle année et nous en sommes très fiers. »

Francophonie Jeunesse de l'Alberta célèbre ses 45 ans sans, semble-t-il, prendre une ride.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !