•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Commissaire aux langues : la candidature de Raymond Théberge examinée au Sénat et aux Communes

Raymond Théberge en point de presse
Raymond Théberge pourrait voir sa nomination approuvée comme commissaire aux langues officielles dès cette semaine. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Choix d'Ottawa comme candidat au poste de commissaire aux langues officielles, le Franco-Manitobain Raymond Théberge passera devant le Sénat, lundi soir, et la Chambre des communes, mardi.

Un texte de Thibault Jourdan

Une motion déposée par le sénateur indépendant ontarien Peter Harder et adoptée jeudi au Sénat propose ainsi que le Sénat se forme en comité plénier à 19 h afin de recevoir Raymond Théberge.

La motion stipule que le comité devra faire son rapport au Sénat au plus tard 90 minutes après le début des travaux. Le Sénat devrait ainsi approuver la nomination du diplômé de l’Université de Saint-Boniface, à Winnipeg, comme commissaire aux langues officielles.

Mardi, ce sera la Chambre des communes que Raymond Théberge devra convaincre. Il devra ainsi passer devant le Comité permanent des langues officielles de la Chambre basse entre 15 h 30 et 17 h 30.

L'actuel recteur de l'Université de Moncton franchira ainsi deux nouvelles étapes vers le poste de commissaire aux langues officielles.

Si sa nomination est confirmée, Raymond Théberge deviendra le premier commissaire aux langues officielles originaire de l'Ouest canadien et le premier de l'extérieur du Québec et de l'Ontario.

Pas de lien connu avec le Parti libéral

Cela fait maintenant près d’un an que le poste de commissaire aux langues officielles est occupé de manière intérimaire par Ghislaine Saikaley, Graham Fraser ayant terminé son mandat à la fin de l’année 2016.

Le précédent choix du gouvernement Trudeau s’était porté sur l’ancienne ministre libérale de l’Ontario Madeleine Meilleur. Cette décision avait néanmoins suscité un tollé à cause son allégeance libérale.

Mme Meilleur avait fini par retirer sa candidature en juin dernier.

Raymond Théberge, lui, n'a pas de lien connu avec le Parti libéral du Canada.

Manitoba

Politique fédérale