•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un changement d'habitat pour les baleines noires

La queue d'une baleine noire.
La protection des baleines noires de l'Atlantique Nord Photo: CCS image, NOAA
CBC

Une nouvelle étude confirme ce que les scientifiques soupçonnaient depuis la mort prématurée de 16 baleines noires cette année dans l'Atlantique Nord : leur habitat n'est plus le même qu'auparavant.

Les scientifiques ont recueilli des données obtenues par des microphones sous-marins après avoir constaté la disparition des baleines du plateau néo-écossais, au sud de la province, et dans d’autres zones qu’elles fréquentaient.

L’étude, publiée dans Nature Scientific Reports, est basée sur les appels des baleines noires, un son distinctif qui permet à ces mammifères marins de demeurer en contact avec leurs congénères. Ces données recueillies par 19 organisations pour différentes études de 2004 à 2014 ont permis de circonscrire les lieux fréquentés par les cétacés, explique Genevieve Davis, chercheuse au Northeast Fisheries Science Center, à Woods Hole, au Massachusetts, et auteure de l’étude.

L’étude démontre un déplacement à partir de 2010 à l’écart de l’habitat habituel des baleines, comme la baie de Fundy et le nord du golfe du Maine. Les baleines noires fréquentent maintenant davantage la région médio-atlantique et le golfe du Saint-Laurent.

Les carcasses de 12 baleines noires ont été découvertes cette année dans le golfe du Saint-Laurent. Les nécropsies pratiquées sur sept d’entre elles indiquent que quatre sont probablement mortes après avoir été heurtées par des navires, et deux après s’être empêtrées dans de l'équipement de pêche.

L’apparition des baleines noires dans le golfe, possiblement en raison des températures océaniques plus chaudes et en réaction au changement de comportement de leurs proies, est étonnante, selon Mme Davis. « L'un des problèmes est que nous n’avons pas autant surveillé cette région, explique-t-elle. Elles fréquentaient peut-être déjà cet habitat, mais peut-être pas autant que maintenant. »

La chercheuse indique que la confirmation du nouveau parcours migratoire des baleines devrait inciter les autorités à modifier en conséquence les lieux de pêche et à ralentir le trafic maritime.

Elle reconnaît que les efforts déployés par le gouvernement canadien dans le golfe du Saint-Laurent, notamment les restrictions imposées en août concernant la vitesse des navires, sont un pas dans la bonne direction.

Genevieve Davis est d’avis que l'évolution des modèles de migration des baleines va permettre aux décideurs de concentrer les efforts de surveillance et de fortement tenir en considération des mesures telles que l'arrêt de la pêche ou le ralentissement du trafic maritime.

Avec les renseignements de Moira Donovan, CBC

Nouveau-Brunswick

Animaux